Partagez | 
 

 J’ai un faible pour leurs points forts et je suis fort sur leurs points faibles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Disponibilité pour RP : Oui
Messages : 13
Dollars : 10
Featuring : Drew Van Acker
DC : Soraya Muños
Olivia K. Akane
Eden Y. Cobb
Haven G. A. Lawner
Nina P. McCoy
Who I am : Mmmh
Age : 23
Date d'inscription : 17/02/2015


MessageSujet: J’ai un faible pour leurs points forts et je suis fort sur leurs points faibles !    Mar 17 Fév - 20:02

Steven D. Tallridge

   
INFORMATIONS GENERALES

   

   Age: 25 ans
   Date de naissance: 2 avril 1989
   Lieu de naissance: New York
   Groupe: Comfortable
   Statut social:  Militaire dans la Navy Seal
   Avatar: Drew Van Acker
   Scénario, PV ou P.I: Scénario
   Catégorie: 3
   

   
Mon physique à moi

   


Depuis deux jours déjà, Steven avait reçu une lettre. Cette lettre déterminait son avenir. Il avait le choix entre retourner là d’où il venait, ou continuer sa vie paisiblement, mais cette fois, plus comme un étudiant de 20 ans. Il était temps pour lui d’avouer à son entourage qui il était vraiment, ce jeune adulte de 26 ans qui avait réalisé son rêve d’enfant : devenir un Navy Seal. Assis sur la terrasse de leur villa, l’endroit était assez calme, parfois brisé par les éclats de rire de Maëva, sa fille d’1 an et 8 mois. Devant lui, sur cette table, une feuille de papier, ce courrier qu’il a reçu il y a deux jours et face auquel il ne sait quoi faire. A côté, un cendrier dans lequel se consume une cigarette. Parfois, Steven la saisit pour la porter à ses lèvres et recrache la fumée quelques secondes plus tard et puis, il fixe sa fille, plus loin en train de jouer avec toute une armée de jouets. Elle ne vit pas avec lui, parce qu’il a  26 ans et que s’il avait pu choisir, il n’aurait pas voulu d’enfant, ou du moins pas maintenant. Il n’est pas le genre d’homme à changer les couches alors avec Monica, sa sœur, ils avaient un deal : Il prend sa fille une ou deux après-midi, il passe la voir après son boulot et le reste du temps, elle s’en occupait, elle. Aujourd’hui, il devait s’en occuper et pourtant, l’idée de jouer avec ne le branchait pas, pas maintenant, pas aujourd’hui. Il n’avait pas non plus envie d’aller faire un tour au parc. Il se contentait de la regarder s’épanouir naïvement face à des jouets en plastiques. Cette gamine était un réel plaisir. Elle rigole pour un rien, elle s’attache aux personnes qu’elle ne connaît pas spécialement et elle est assez calme. Un peu plus loin,  Li le regarde silencieusement. Des cheveux bruns châtains trop souvent en bataille, parfois plus courts, parfois plus longs mais jamais parfaitement bien coiffés lui donnant un genre un peu sauvage. Des yeux tantôt noisette, tantôt vert légèrement en amande qui ne cessent de fixer cette gamine avec beaucoup de tendresse. Dans la continuité des traits de son visage vient un nez fin, une bouche rosée lui permettant ses sourires francs et sincères à qui veut bien lui en donner en retour. Un corps athlétique, trop athlétique, baraqué, musclé à souhait sans tomber dans le bodybuilding et tout ça, grâce à ses entrainements quotidiens que demande son travail. Grand d’1m88 il est habillé d’un pantalon gris décontracté, d’un polo noir avec motifs tagués et de sneakers Nike aux pieds. C’est d’ailleurs son genre vestimentaire : toujours la dernière mode ne supportant pas de sortir débraillé. La jeune fille le regarde passer une main dans ses cheveux rebelles et puis, porter à nouveau sa clope à ses lèvres. Il a cette fierté et cette assurance qui se dégage et pourtant, quand on le connaît réellement, est-il cette personne ? Li finit par s’approcher et s’asseoir sur la chaise voisine à celle de Steven. « Meven, tu ne devrais pas fumer dans la même pièce où se trouve ta fille ». Meven aurait été attiré par le fait qu’elle lui fasse une remarque sur ce qu’il est en train de faire et pourtant, Steven tourne le visage, interpelé par le prénom qu’elle a employé : Meven. Le regard vide, il l’a fixe et ensuite se noie dans l’innocence que sa fille dégage avant d’écraser sa cigarette dans le cendrier en face de lui. Il adresse un simple sourire à la jeune fille quand elle prend la parole « Depuis deux jours t’as l’air ailleurs. Il y a un souci ? »

   

   
L'histoire que j'ai à vous raconter

   

   Une fois de plus, il tourne la tête vers la jeune fille. Au moins, elle est observatrice et c’est tout à son honneur. Il allait bien falloir qu’il lui dise, qu’importe la décision qu’il prendra. Dans un sens, c’est un soulagement, mais d’un autre, c’est délicat. Li est compréhensive, mais le sera-t-elle pour ça ? Dwayne avait été un parfait salop avec elle, alors que lui s’y attachait toujours un peu plus. Il ne voulait pas être celui qui avait profité une fois de plus de sa naïveté et pourtant c’était bel et bien le cas. Steven grimace et passe ses mains sur son visage avant d’enfin ouvrir sa bouche : « Li, je ne suis pas le type que tu crois ». C’est de l’interrogation qui se lit sur le visage de la jeune Taïwanaise. « Je n’ai pas 20 ans, je ne suis pas non plus étudiant et je ne m’appelle pas Meven non plus. » Plus il en rajoute et moins elle comprend et c’est normal, qui comprendrait à part Simon ? « Euh pardon? Tu t'es cogné quelque part? » Malgré la situation, elle arrive quand même à le faire sourire, mais rapidement il reprend son air grave « C’est la vérité. J’ai dû me faire passer pour quelqu’un d’autre pour mon boulot. C’était une mission, je ne pouvais pas même pas en parler » Steven continue à la regarder et à observer ses expressions quand elle finit par tourner la tête vers Maëva « Et Maëva c’est qui pour toi ? » à son tour, il regarde la gamine qui leur adresse un sourire « C’est ma fille… »  «… Que t’as eu avec Monica et c’est pour ça que tu vis avec ta soi-disant sœur. En fait c’est ta copine, c’est ça ?! » En fait, Steven la trouvait mignonne à se faire des films à ce point, mais il préférait quand même l’arrêter dans son élan avant qu’elle n’aille plus loin « Wow Li, stop, tu pars trop loin dans tes films. Monica c’est ma sœur. Sauf qu’au lieu de s’appeler Monica Belfort, elle s’appelle Monica Tallridge, comme moi, c’est Steven Tallridge, en fait. » Il passa une de ses mains sur la joue de la jeune fille, se voulant rassurant. « J’ai pas de femme ou de petite amie cachée, rassure toi » Il lui adresse un sourire et maintenant, il était temps de lui raconter son histoire à lui, pas celle d’un autre. « Je suis né à New-York le 02 avril 1989 et donc, je n’ai pas 20 ans mais je vais sur mes 26. J’ai grandi dans une famille au revenu assez simple, jusqu’à ce que mon père décide de partir comme un voleur. Ma mère travaille dans un restaurant, elle a fait ça toute sa vie parce que ses parents à elle n’avaient pas de quoi lui payer ses études et tu sais, à ce moment-là les bourses d’études c’était pas comme maintenant. J’ai bien deux petites sœurs. Monica que tu connais qui est âgée de 22 ans et Liza qui a 15 ans. On a grandi simplement et on ne se rendait pas vraiment compte qu’il fallait se serrer la ceinture pour vivre. Quand j’étais petit, mon père c’était mon héro et mon rêve, dans un premier temps, était qu’il soit fier de moi. J’ai vu mon premier film militaire à l’âge de 10 ans et à ce moment-là, j’ai su que je voulais être militaire, plus tard. Tu sais, pour un petit garçon de 10 ans, l’armée c’est le top, parce que t’es vu un peu comme un héro et j’étais sûr que mon père me verrait comme ça. Sauf que deux ans après la naissance de Liza, il s’est barré et il a laissé ma mère avec un revenu en moins et 3 enfants à nourrir dont une gamine de 2 ans. J’étais tellement sûr qu’il était quelqu’un de bien, que je lui trouvais toujours des excuses et le pire, c’est que j’étais aussi certain qu’il reviendrait et que ma mère lui pardonnerait. J’ai été dans une école normale et quand je suis entré au lycée, j’ai voulu intégrer l’équipe de Foot US. C’est devenu une vraie passion et comme je voulais aller à l’armée plus tard, je prenais plaisir à faire du sport. J’avais des bons résultats en cours et à défaut que mon père le soit, ma mère était fière de moi. Plus je grandissais et plus je devais m’occuper de mes sœurs, parce que ma mère devait enchainer les heures de travail pour pouvoir nous nourrir et nous offrir une vie à peu près normale. A 17 ans, j’ai passé des tests pour entrer à l’armée et j’ai été pris. J’étais tellement fier ce jour-là et en même temps tellement déçu. J’avais réussi mon rêve à moitié, parce que mon père n’était pas là pour le voir et finalement j’ai décidé de simplement changer de rêve et d’en vouloir toujours plus. Je ne sais pas si j’ai voulu ça pour me prouver à moi-même que j’étais pas ce genre de gars qui se lamente sur son sort bêtement parce qu’il n’a pas grandi avec son père, ou si je le voulais vraiment, mais maintenant que j’étais militaire, je voulais entrer chez les Navy SEALs, mais cette fois, pour moi » « Les Navy SEALs ? » Meven lui adresse un sourire « Ce sont des forces spéciales. Ils sont entrainés pour des situations comme la libération d’otage, le contre-terrorisme, les guerres non-conventionnelles, tu vois c’est un peu plus spécifique et ça demande un autre entrainement qu’un simple militaire. En plus, ça regroupe Terre, Mer et Air » Il marque une pause et reprend « En fait, c’est un peu le top du top, mais c’est presque inespéré, sauf que je voulais quand même tenter ma chance. J’ai profité de ma formation de militaire de terre pendant un an et puis je me suis lancé dans une batterie de test. J’ai dû passer un premier test intellectuel et un test physique. Pour être accepté, il fallait arriver à 42 pompes en deux minutes, 50 abdominaux en deux minutes aussi, 8 tractions et courir 2 kilomètres sans s’arrêter. Evidemment, je m’étais entrainé grâce à l’armée de terre et donc, c’était pas si compliqué au final, le pire était à venir. Après ça, j’ai dû passer un examen médical dans les centres de la Navy et une batterie de test intellectuels. Comme les résultats étaient positifs, j’ai du partir à l’école navale de Coronado à San Diego. J’ai d’abord eu un stage de 6 semaines consacré à la préparation mentale et la mise en forme physique. Ca reprenait des courses à pied, des parcours d’obstacles, de la natation avec des distances qui au fur et à mesure des semaines deviennent de plus en plus importantes. On y apprend le maniement des bateaux légers, tu sais comme les hors-bords. On y apprend la plongée avec appareils respiratoires, le camouflage, technique de déplacements et à côté de ça, on avait aussi 5 h de cours par semaine pour étudier les différentes vagues, les courants, les cartes du monde. Franchement, c’était super passionnant, mais ça demandait beaucoup de rigueur et de courage. Là-bas j’y ai rencontré Simon, on a fait notre formation ensemble, c’était génial, on est vite devenu inséparables. A la dernière semaine de stage, le dimanche après midi, on commence une semaine appelée « Semaine en Enfer » et je peux te dire que ça porte bien son nom. J’ai vraiment cru que j’allais mourir » il rigole et reprend de plus belle « Durant cette semaine, les instructeurs nous poussent jusqu’au bout de nos capacités. Je crois que pendant la semaine, on dort maximum 8 heures. Durant cette semaine, tu dois montrer que t’as assez de motivation et d’aptitudes pour continuer et j’ai vraiment cru que je n’y arriverais pas, mais avec les entrainements précédents, on finit par se rendre compte qu’on a plus de ressources qu’on ne le pense et aussi bien Simon que moi, on a réussi cette semaine. Après ça, je suis rentré 2 semaines chez moi et j’ai jamais autant dormi je crois, mais je me sentais changé, avec un moral différent. L’armée ça change un homme et je crois que ça te montre qui tu es vraiment. Les deux semaines de vacances terminées, je suis retournée à San Diego et là, j’avais un deuxième stage qui débutait. C’était un stage principalement consacré à la plongée. On y apprend les techniques de bases dans des piscines de plongées et puis on fait ça en mer. On doit s’équiper et se déséquiper sous l’eau avec les instructeurs assez salops pour nous déconcentrer. On y apprend aussi l’art de la navigation sous-marine. C’était beaucoup plus soft que les entrainements précédents, j’avais l’impression que maintenant, tout allait être plus simple parce que j’avais réussi à obtenir l’endurance et la force mentale qu’il faut, mais ils en demandent toujours plus comme nager des heures dans l’eau glacée, pendant la nuit, en mer agitée. Pendant les dernière semaines de ce stage-là, on devait plonger 3 fois par jours et on finit par apprendre des techniques de nage et de plongée différent que ce que t’apprends quand t’es juste passionné. Après ça, on a un autre stage qui commence et là c’est surtout pour apprendre le combat terrestre, les tactiques de combats individuels et destructions de cibles. On y apprend le maniement des armes, les techniques de combat de corps à corps et on apprend surtout à ne pas avoir pitié. En parallèle on a des cours de premiers soins et on apprend à devenir totalement autonome lors des missions et puis enfin, la dernière étape est de rester 4 semaines sur l’île San Clémente. Des Raids y sont préparés et pendant 4 semaines on survit avec le minimum de confort. Pendant 4 semaines tu te prends un peu pour un aventurier de Kho Lanta, mais avec le combat en plus. » « Et après, c’est terminé ? » « Après ça, on est pas encore un véritable SEAL parce qu’on est juste entrainé pour la terre et la mer, mais il reste l’air. Pour ça, on va faire une formation parachutiste en Géorgie et enfin on est envoyé dans un des 7 groupes d’unité spéciale d’Amérique. Après une période probatoire de six mois, j’ai finalement reçu un brevet qui disait que j’étais un vrai SEAL et là j’étais surement un de mecs les plus fiers. J’étais dans le même groupe que Simon et durant ses 6 mois on a dû partir un mois en Afghanistan pour une mission contre-terroriste, sauf qu’il a foiré la mission et du coup, il a été rétrogradé. On lui a demandé de se faire passer pour Simon Belfort et d’enquêter sur la mort de certains étudiants, ou encore l’histoire qu’il y a eu à Halloween. Il devait aussi démanteler des réseaux de drogues, mais il a pas su faire la différence entre lui et son personnage. Tu sais, à la fin il ne se rendait même plus compte qu’il n’était pas cet étudiant de 20 ans. Moi, j’étais rentré pour un an chez moi et en attendant une autre mission sur terrain, je travaillais à la base. J’étais en couple avec la mère de Maëva et puis comme elle ne supportait pas trop mes allers et retours, elle est partie. Moi j’ai continué ma vie sans savoir qu’elle était enceinte. J’étais bien payé, j’aidais ma mère et puis un jour elle a déposé Maëva chez moi en disant qu’elle ne voulait pas s’en occuper. Moi j’étais pas vraiment préparé à ça et pendant un petit moment, ma mère l’a élevée. Finalement j’ai fini par m’y attacher, sauf qu’on m’a demandé de venir à Miami pour remettre Simon dans le droit chemin, parce qu’il faisait n’importe quoi. Sauf que pour ça, il fallait qu’à mon tour je prenne une autre identité et que je me fonde dans les étudiants, ce que j’ai fait. J’ai débarqué à Miami avec ma fille et ma sœur pour s’en occuper et maintenant j’essaie de faire de mon mieux, mais ce n’est pas simple. Parfois j’ai l’impression d’être un robot qui n’a plus trop de sensibilité, à cause de l’armée, alors élever une gamine, c’est presque aussi dur qu’une formation SEAL. »
   

   
Ce qu'il se passe dans ma tête

   

    Etre un homme à femme, un connard avec sa fille ou encore un gars odieux avec les personnes inférieures à lui n’était pas vraiment dans son caractère. Ca, en réalité, c’était le gars pour qui il devait se faire passer afin d’éviter tout soupçon. Aujourd’hui, il pouvait être lui, il pouvait arrêter de jouer ce jeu et surtout, il ne risquait pas la confusion comme Simon. En réalité, Steven c’est un garçon souriant et mature. Avec l’armée, il a appris le respect d’autrui, il a appris à sublimer la race humaine et surtout, il sait qu’au final, une vie c’est précieux. L’armée lui a aussi appris à mettre ses sentiments de côté et de les contrôler. Sa sensibilité, a été mise à rude épreuve durant ces entrainement et aujourd’hui, il a parfois tendance à être une machine qui ne ressent plus la sensation des choses. Il est pourtant loyal et fidèle. Il est présent et attentionné envers les personnes qui lui sont chères. Il veut profiter de chaque instant, comme si c’était le dernier. Forcément, Steven est aussi un grand sportif, pour avoir su repousser ses limites à de nombreuses reprises. Il a toujours ce besoin de se défouler, ce besoin de canaliser son énergie et pour ça : le sport, le sport et encore le sport. Il aime s’amuser et sortir, il aime passer du temps avec ses proches, mais ça ne fait pas de lui une personne irresponsable. Il sait ou est le bien et ou est le mal, il sait fait la part des choses et il sait surtout que la vie n’est pas soit toute blanche, soit toute noire. Parfois, c’est aussi le gris qui l’emporte. Steven, il ne croit pas en dieu, parce que dans son métier, il trouve que ça ne l’aide en rien. Si vraiment il y avait ce dieu dont certain parle, sans doute que lui serait au chômage. Néanmoins, les débat sur la croyance de chacun de l’intéresse pas. Chacun pense et croit en ce qu’il veut, non ? Et bien lui, il croit en lui, il croit en ces proches et aujourd’hui il croit même en elle : Li. Steven n’aurait jamais cru pouvoir s’en sortir avec sa fille. Pourtant, c’est une enfant pleine de vie, une enfant qui l’aide à croire en quelque chose de meilleur que ce qu’il fait. Pour elle, il aimerait parfois être ce héro dont certains enfants voient en leur père et pourtant, elle est encore si naïve qu’elle ne doit même pas comprendre ce qu’il fait dans la vie. Après tout, elle n’a que deux ans. Avec elle, il est encore en apprentissage et s’en occuper est encore parfois problématique. Il n’a pas toujours les bons réflexe, et lui parler de changer des couches, c’est un cap qu’il a encore beaucoup de mal à franchir, mais il fait de son mieux. Steven, il sait se servir de sa tête, il sait se servir de son corps, parce que c’est ce qu’on lui a appris. Il maitrise des techniques de combat, de plongée. Le saut en parachute ça lui permet de se rappeler qu’il est bien vivant. En réalité, l’armée à fait de lui un homme complet physiquement, et un homme confiant, vivant et bon moralement.
   

   
TOI, ET SEULEMENT TOI

   

   Souhaites-tu un parrain/marraine? Toujours pas <3
   Age: 24
   Pseudo: Ninou
   Où as-tu connu le forum? /
   As-tu une remarque, ou suggestion à faire? I love youuuuu
   Code de validation: Pas besoin, j'suis admin  
   As-tu envoyé ton secret? yo vé lé faire

   
Code:
→ avatar [color=red]?[/color] nom p. prénom
   

   
(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Inconditionaly Happy


Messages : 52
Dollars : 41
Featuring : Thomas Grant Gustin
DC : Samuel Steevenson
Maira S. Muños
Hayley Kent
Vincent F. Eckon
James P. Cobb
Who I am : I Was Lost And A Letter Brought Me Back
The people around me : Bokura Wo Nosete
What I've done : Eric's Phone
Date d'inscription : 17/02/2015
Localisation : Miami... Did You Doubt That?

ID Card
Études/Boulot: Senior Y/Barman
Statut Social: Poor
Quartier/Adresse: Little Haiti


MessageSujet: Re: J’ai un faible pour leurs points forts et je suis fort sur leurs points faibles !    Mer 18 Mar - 13:51


Félicitations !

TU ES VALIDE(e) Mev.... STEVEEEEEN ! C'est avec grand plaisir que je te valide. J'aime beaucoup la façon dont tu fais la narration, dont il raconte tout à Li, je n'ai donc rien à ajouter si ce n'est que te féliciter à nouveau et te souhaiter plein de bons rps avec Steven, rebienvenue Marraine ♥ *_*


survole-moi


_________________

Never We Should Part
HAVEN♥ Time it need time to win your love agin, I will be there. I will be there, I will be there. I'm Still Loving You...
dusty scarecrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

J’ai un faible pour leurs points forts et je suis fort sur leurs points faibles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "J'ai un faible pour les ferry-boat..."
» [Houston Pam] J'ai toujours eu un faible pour les cowboys
» C'est pour toi ma belle que j'aime fort !
» [demande] Son batterie faible (pour ramzidjoudi ou bennyvon88)
» Pour 1500 points d'armée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miami's Whispers :: Administrative :: Papers, please :: Registre des habitants-