Partagez | 
 

 Vous savez, même ailleurs je resterai la meilleure - PV Isobel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Disponibilité pour RP : Oui
Messages : 131
Dollars : 127
Featuring : Jana Kramer
DC : Soraya Muños
Olivia K. Akane
Eden Y. Cobb
Haven G. A. Lawner
Meven D. Belfort
Who I am : History
Age : 22
Date d'inscription : 13/02/2015

ID Card
Études/Boulot: Etudie le droit à Harvard, par correspondance et fait un stage au barreau de Miami
Statut Social: Etudiante
Quartier/Adresse: Coral Gables


MessageSujet: Vous savez, même ailleurs je resterai la meilleure - PV Isobel   Dim 5 Avr - 0:26

Depuis la naissance de Justin, j'allais mieux. Si ma grossesse avait été difficile, notamment moralement, je vivais mes premiers instants de mère comme si c'était la plus belle chose au monde. Justin nous offrait une nouvelle façon de vivre, de nouvelles habitudes et nous aidait à grandir. Il fallait faire preuve de patience, et c'était loin d'être ce qu'on faisait de mieux, aussi bien Nathan que moi.  On devait apprendre à avoir un nouveau style de vie, on devait changer certaines choses, on devait se trouver un nouveau mode de vie, ce qui, désormais, excluait Miami. En réfléchissant, en repensant à ce que nous on avait vécu, on voulait l'éloigner de ça, des rumeurs et des on-dit. Justin est encore jeune et encore sans défense et changer d'air pouvait nous faire que du bien. Ca nous aiderait à commencer cette nouvelle vie beaucoup plus saine pour lui. Depuis sa naissance, je vivais dans une sorte de bulle où tout semblait plus simple, plus doux et beaucoup moins douloureux. Si j'avais commis des erreurs et si, pour certaines d'entre elles, je les regrettais, je ne considérait certainement pas ce petit bout de chou comme tel et je ne regrettais pas non plus sa venue au monde, pas un seul instant. Mon fils méritait le meilleur et uniquement le meilleur. Il avait ce qu'il désirait, il était gâté et déjà très aimé et entouré. Depuis sa naissance, je m'occupais comme je pouvais et surtout, je ne cessais de penser à ce départ. Dans un sens, c'était une occasion de vivre autre chose, autre part avec d'autres gens, mais d'un autre il fallait se détacher de Miami, des gens qui nous entourent. Finalement, le seul qui s'en sortait bien des trois, ça restait ce petit prince qui ne connaissait pas encore beaucoup de monde. Bien trop petit pour déjà se prendre d'affection pour d'autres personnes que papa et maman, il ne devait pas se rendre compte de ce qu'ils comptaient faire.

Ce matin-là, je venais de sortir de la douche alors que Justin s'était rendormi dans son berceau. Je prends le temps de m'apprêter avant de m'en occuper et de l'apprêter lui aussi. Nathan était sorti et je n'étais pas encore assez franche pour le laisser à quelqu'un, le temps d'aller chez Isobel. De plus, ça lui ferait certainement plaisir de le voir, elle aussi. La veste sur le dos, je quittai la maison avec mon sac et mes clés dans une main et le siège dans lequel se trouvait Justin dans l'autre. J'attachai le siège auto sur la banquette arrière et m'installai à l'avant de la voiture. Le trajet n'était pas long, fort heureusement pour moi, mais surtout pour cet enfant qui avait l'air d'avoir autant de patience que ses parents. A chaque feu rouge, je me retournai pour m'assurer qu'il allait bien et fus même charmée de le voir amusé à chaque fois que je jetais un œil dessus. De temps en temps, son regard se perdait vers la vitre, serrant son doudou dans ses petites mains et à d'autres moments, il somnolait. Cet enfant a bien de la chance de pouvoir dormir sur commande et surtout, quand il le souhaite. Il nous réveille la nuit, sauf que lui peut rattraper ses heures, alors que nous c'est un peu plus compliqué et c'est pas Nathan qui dira le contraire.

Je me garais dans l'allée du garage, à côté de la voiture d'Isobel alors que Justin exprimait son mécontentement. On avait vite compris qu'il préférait les bras à son siège auto et j'osais même pas imaginer si Isobel vivait à une heure de route. Je sortis du véhicule et fis le tour pour récupérer mon fils qui pleurait à plein poumon et c'est là que les réflexes de maman que je n'avais pas encore se mettaient en alerte. J'avais l'impression qu'il y avait un code de conduite, ou un mode d'emploi. Quand bébé pleure en auto alors qu'on est sur le point d'entrer dans la maison, que faire? Réponse A: le porter et se démerder avec tout le reste. Réponse B: le laisser dans son siège auto jusqu'à pouvoir entrer et se débarasser totalement. Réponse C: on se démerde. Et finalement j'optai pour la B. Je devais faire preuve de patience, alors lui aussi, même s'il était beaucoup trop petit pour le comprendre. D'ailleurs, une des dames à l'hôpital m'avait bien conseillé de ne pas succomber à tous ses caprices. Le problèmes c'est qu'on ne sait jamais si c'est réellement un caprice ou pas. Ici oui, sans doute, parce qu'on sait qu'il n'aime pas trop les sièges auto. Avec Nathan, on s'était même demandé si le siège n'était pas trop dur pour lui, mais finalement, en l'analysant bien, non il était parfait et au prix où on l'avait acheté il avait plutôt intérêt. J'attrapai mon sac et le siège à proprement parler et me dirigeai vers la porte d'entrée pour sonner et annoncer mon arrivée.

"Bonjour Isobel, vous allez bien?" J'avançai dans la grande demeure alors qu'elle s'écartait pour me laisser entrer avec toutes mes affaires. "Je peux déposer le siège auto sur la table? Ca sera plus facile pour le prendre, sinon il ne va pas s'arrêter de pleurer et je ne suis pas encore habituée à ses cris. Ca me fait de la peine de l'entendre pleurer, j'ai l'impression d'être une mère indigne" Et pendant que je détache ce petit bout-de-chou de son siège pour le prendre et le consoler, je lui rappelai l'objet de ma visite "Je suis venue chercher mon évaluation de stage… Vous savez… pour le départ." Mon ton était beaucoup moins sûr, parce que je me doutais que le départ de Nathan allait la briser un peu plus. Mes parents ne restaient pas seuls, parce qu'il y avait mes frères, mais Isobel elle n'avait plus son mari et son fils partait à 3h d'avion et puis je repensais à son autre adolescent qui vivait avec elle "Cameron n'est pas là? Je pense qu'on va faire une petite soirée tranquille, mais rien de très grandiose, c'est juste pour dire de ne pas partir comme des voleurs. Vous pouvez peut-être passer? Ca fera plaisir à Nathan."

_________________
Nina Palmer McCoy
Ils ne demandaient rien d'autre que d'être heureux ensemble. Même pas heureux d'ailleurs, ils n'étaient plus si exigeants. D'être ensemble, c'est tout.
   
Anna Gavalda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Disponibilité pour RP : Oui
Messages : 23
Dollars : 17
Featuring : Jennifer Love Hewitt
DC : Javier Lopez
Leahna O. Montgomery
Victoria N. Palmer
Jewel McCoy
Who I am :
Art. I
Date d'inscription : 18/02/2015


MessageSujet: Re: Vous savez, même ailleurs je resterai la meilleure - PV Isobel   Mer 8 Avr - 14:11

Ca devait faire deux bonnes semaines qu'Isobel était revenue de Londres. Ce matin-là, elle s'était réveillée à une heure convenable et puis s'était douchée et apprêtée. Elle ne travaillait pas aujourd'hui et n'avait pas de cours à donner non plus, elle était donc libre. Dans un premier temps, elle avait fait un peu de ménage. Nathan ne vivait plus là, certes, mais Cameron bien et ça restait un garçon aussi bordélique que son propre fils. Contrairement à d'autres mères, elle ne profitait pas de devoir ramasser le linge, pour fouiner dans la vie du neveux de son ex mari, qu'elle avait accepté d'héberger en attendant que Chris trouve un endroit où se loger. Ce dernier lui avait appris qu'il ne vivait plus avec Sarah, qu'il avait décidé de partir. Isobel n'avait pas vraiment voulu savoir les raisons qui l'avaient poussé à agir de la sorte, parce qu'elle ne voulait plus être au courant de sa vie. Elle pourrait sauter sur l'occasion, mais comme elle l'avait si bien expliqué à Nathan dans sa lettre, elle ne se sentait pas capable de vivre dans la peur qu'il recommence là où il avait échoué une première fois. Certes, elle aurait préféré lui annoncer que tout allait mieux entre ses parents, mais ce n'était pas le cas et inutile de lui faire de faux espoirs. Depuis que Cameron était là, elle avait l'impression d'avoir un deuxième Nathan chez elle, en moins agressif. Il était beaucoup plus respectueux, mais tout aussi fêtard et tout aussi courant d'air que lui. Elle n'avait pas encore eu droit à des visites féminines, mais se doutait que ça ne tarderait pas.

Après avoir ranger un peu sa maison, y compris la chambre de l'adolescent, elle s'attaqua à son bureau. Depuis qu'elle était rentrée, une pile de dossiers grimpait centimètre par centimètre. Elle avait du travail jusqu'au-dessus de la tête et n'était pas certaine de s'en sortir un jour. Avant, Nina l'aidait, mais depuis son accouchement, celle-ci était encore en congé de maternité. De plus, ils avaient l'intention de quitter la ville et cette nouvelle n'était pas la plus réjouissante pour l'avocate. Isobel se mit au travail. Elle triait ses factures de ses déclarations ou autres concernant ses clients, les payait via internet et puis les classait. Elle s'établit même un planning afin de pouvoir s'y retrouver et surtout, s'y tenir et au fur et à mesure que les demi heures s'écoulaient, la vue sur son bureau s'éclaircissait. Au final, ses yeux se posèrent sur un cadre qui reprenait une photo d'elle et de son fils alors qu'il n'avait que 8 ou 9 ans. Il était souriant et à cette période-là, ils étaient même assez proches. Elle sourit en se disant que ce temps-là était bien révolu, quand la sonnette de la porte la tira de ses pensées. En passant devant la fenêtre qui donnait sur le devant de la maison, elle reconnu la voiture de sa belle-fille. Iso se dirigea vers la porte d'entrée pour l'ouvrir et puis, se trouva face à une jeune fille souriante et heureuse. Elle appréciait beaucoup cette demoiselle, parce qu'elle avait su détourner Nathan de ses conneries, mais elle l'aidait à avancer. Depuis qu'il la fréquentait, elle avait l'impression qu'il était heureux et c'était tout ce qui l'importait. De plus, Nina est une fille brillante qui a beaucoup d'ambition. Aujourd'hui, elle était accompagnée du nouveau petit McCoy et ce n'était pas pour lui déplaire. "Je vais bien, merci. Et toi? Tu as l'air d'avoir bonne mine, tu récupères?" Un accouchement, c'était fatiguant et surtout pour une jeune fille de son âge. De plus, elle espérait que ce petit bout de chou ne passe pas son temps à pleurer la nuit. Isobel s'écarta pour la laisser entrer et la suivit jusque dans la salle de séjour "Oui vas-y, fais comme chez toi Nina". Isobel sourit en écoutant les dires de sa belle fille. Elle était jeune et n'avait pas encore le métier de mère dans la peau, mais ça viendrait avec le temps "Il n'apprécie pas les sièges auto?" Et là, ça lui rappelait Nathan qui préférait toujours être dans les bras de ses parents que dans les poussettes et compagnie.  Isobel se pencha au-dessus de son petit fils et lui caressa sa petite joue alors qu'il ne cessait de pleurer "Il est trop mignon, je comprends que tu culpabilises de le voir pleurer, il y met du cœur"  Et puis, Nina lui rappela l'attestation pour son stage. Il est vrai qu'elle allait devoir se trouver un autre endroit et Isobel lui avait proposé de lui faire une lettre de recommandation, ce qu'elle avait d'ailleurs fait. L'idée que son fils s'éloigne ne la mettait pas en joie, bien au contraire. Elle avait l'impression d'en être la fautive. Elle savait que ça allait être dur pour les mois qui suivront et probablement même qu'elle s'inquiéterait toujours un peu plus. "Nathan n'est pas avec toi?" Elle aurait aimé profiter des derniers instants avant le départ pour le voir un peu plus souvent, mais sans doute travaillait-il ou il avait d'autres occupations. Elle se dirigea vers son bureau pour y récupérer l'enveloppe dans laquelle se trouvait la lettre et la tendit à Nina "Tiens, la voilà. Si jamais t'en as besoin d'autres, n'hésite pas" Lorsqu'elle lui demanda où se trouvait Cameron, Isobel ne fut pas vraiment surprise. Il faisait calme et d'habitude, lorsqu'il n'était pas dehors, il était étendu devant la télévision. Elle se contenta de regarder l'heure et puis répondit "Il dort encore. Il n'a pas cours aujourd'hui, donc il profite de sa grasse matinée. D'autant plus qu'il est rentré vers 3 heures" Et puis elle lui parla de la soirée de départ. Isobel n'avait pas vraiment sa place au milieu de tous ces jeunes et préférait ne pas s'y mêler "Oh non, je vais vous laisser entre jeunes. Je passerai un autre jour, ne t'inquiètes pas". Nina tenait son bébé dans ses bras et ce dernier s'était calmé presque instantanément. Isobel sourit en le regardant. "Comment va Nathan ? Il s'y fait à son bébé?"

_________________
Isobel Walters McCoy
Vivre sans cet espoir, c’était vivre dans un vide si ténébreux que, malgré sa résolution de revenir à « sa famille » et d’oublier ses ambitions stupides, elle avait perdu sa joie de vivre... ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Vous savez, même ailleurs je resterai la meilleure - PV Isobel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LETTRES A QUI VOUS SAVEZ de Hervé Debry
» Vous savez que j'adore les DFEAs
» MDM, vous savez ce que cela veut dire?
» Vous savez bricoler ?
» Vous savez quel jour on est???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miami's Whispers :: Coconut_Grove :: Habitations :: 465th Three Islands Boulevard-