Partagez | 
 

 Allo ? Salute. (pouce bleu pour celui qui a chantonné Ozone dans sa tête en lisant)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Disponibilité pour RP : Opérationnel !
Messages : 6
Dollars : 3
Featuring : Ben Barnes
Age : 27
Date d'inscription : 24/02/2015


MessageSujet: Allo ? Salute. (pouce bleu pour celui qui a chantonné Ozone dans sa tête en lisant)   Mar 24 Fév - 11:33



Maxwell Wentworth

   

   Age: 20
   Date de naissance:7 Janvier
   Lieu de naissance: Miami
   Groupe: Comfortable
   Statut social: Etudiant
   Avatar: Ben Barnes
   Scénario, PV ou P.I: PI
   Catégorie: 3
   

   
Mon physique à moi

   


   Qu'est-ce que je porte, aujourd'hui ?

Voici la question récurrente de monsieur Maxwell Wentworth. Forcément, quand on a une chambre qui semblerait s'y méprendre à celle d'une adolescente riche et en mal de savoir comment dépenser son argent... C'est quelque chose d'assez complexe. Maxwelle est un jeune homme qui n'aime pas porter deux fois la même tenue, et c'est son travers le plus grand, en apparence : le culte de sa personne. Il est suffisamment pointilleux pour passer pas moins de deux heures dans la salle de bains. Oui, deux heures. Que fait-il, direz-vous ? Une femme peut mettre deux heures si elle fait son brushing, ou si elle s'applique à dessiner sur son visage un maquillage très poussé ; sans parler des lotions sur une étagère croulante qu'elle peut s'appliquer à passer sur son corps pendant un temps infini. Rassurez-vous, Max ne se maquille pas, mais pour le reste : c'est la même chose. Crèmes pour les mains, les jambes, les pieds, le visage, des shampoings et après shampoings au nombre incalculable qui s'étalent dans sa grande salle de bains font son bonheur. Il ne loge pas sur le campus, le jeune homme étant bien trop "guindé" pour cela ; et dans la maison familiale, ce petit bout d'adulte a absolument tous les droits. Alors, revenons à cette question qui le taraude tous les jours : qu'est-ce que je porte, aujourd'hui ? Pour vous donner une idée de l'état actuel de Mr Max Wentworth, il est actuellement tout nu face à sa grande armoire dans laquelle sont soigneusement pliées des piles de pulls, de t-shirts, de sous-pulls, bref, toute une gamme de fripes que ce grand enfant de vingt ans aligne avec un soin pour rester bloqué devant comme un crétin pendant les vingt minutes règlementaires qu'il passe à choisir sa tenue. La voisine adore ces moments-là, d'ailleurs. La pudeur naturelle de Max lui fait très régulièrement oublier que la fenêtre de sa chambre donne sur la rue... Et donc sur la maison d'en face.

Elle observe avec une attention milimétrée le corps musculeux et racé du jeune homme qui se tient debout en face d'elle, une main sur le menton, soucieux. Il a déjà terminé son brushing, et pas un cheveu ne dépasse. Mi-longs, retombant à peine sur ses épaules, ils sont lâchés en arrière pour un effet "sauvageon" du meilleur genre. La plupart du temps Max se rase mais parfois, le jeune homme aime à rajouter une petite touche de "rebelle" en laissant la naissance d'une petite barbe sur son menton et au contour de ses lèvres fines. Ses yeux ont la couleur du chocolat noir mais elle ne peut pas les voir d'aussi loin. Elle le sait, seulement parce qu'elle le croise parfois dans la rue lorsque, le sac sur le dos il part à pied jusqu'à l'université. Il peut arriver qu'il lui sourie, un sourire parfait avec les dents bien alignées. Ce qu'elle ne sait pas c'est que le matin il a une haleine de chacal mort, à cause de la cigarette qu'il s'allume avant tout café ou brossage de dents. Dents qu'il fait blanchir d'ailleurs, pour éviter le jaunissement. La perfection, c'est un produit contrefait. Même son corps musculeux et taillé en V n'est rien d'autre qu'une manifestation de séances de musculation qu'il pratique deux fois par jour : une fois le matin en se levant et une autre le soir en rentrant, même s'il a fait du sport dans la journée. Maxwell aime le sport, sous toutes ses formes. Oui, toutes. Le sens propre du mot, comme son sens figuré. Son corps longiligne et fuselé se met finalement en mouvement pour attraper une chemise blanc cassé, un veston de cuir, un jean bleu foncé, une paire de chaussettes noires, un caleçon de toutes les couleurs (plus c'est flashy, plus il aime) et un ou deux bracelet de cuir. Il frotte le dessus de sa lèvre supérieure, ce qu'il fait chaque matin lorsqu'il sait qu'il est en retard. C'est pour lui une source de stress, mais il ne peut pas faire autrement. Il est piégé par le démon de l'indécision.

La voisine observe Max se vêtir avec des gestes consciencieux et très soigneux. Il n'est pas véritablement maniaque, mais aime à ce que se vêtements soient toujours bien lavés, bien pliés et bien repassés, c'est comme ça. Le reste il s'en fiche un peu. Mais les vêtements... Oh les vêtements, qu'il aime ça. Assez au moins pour dépenser tout son argent là dedans. Et pour passer des heures dans la salle de bains. Lorsque finalement le tout est enfilé, Max regarde sa montre, celle qu'il ne quitte jamais, d'un oeil critique avant d'attraper très rapidement son sac fait de la veille, posé en vrac sur son lit. Un "A ce soir Papa !" lancé à la cantonnade, et le voilà parti. Sans se douter que de l'autre côté de la rue, une femme s'éloigne de la fenêtre, le rose aux joues. Prête à commencer une bonne journée grâce à lui.

   

   
Ce qu'il se passe dans ma tête

   


   "Salut Max ! On te voit ce soir ?
- Bien sûr ! Envoie moi l'heure par sms, chuis un peu pressé là."

Un sourire et un signe de main, dévoilant des dents d'une blancheur nacrée, et voilà le jeune homme parti en direction des vestiaires. Coqueluche des filles, apprécié par les garçons, il apparaît évident que Maxwell a tout du jeune homme accompli et bien dans ses baskets. Et ce n'est pas tout à fait faux. Max est une personne relativement imbue d'elle même, et c'est sans doute son défaut le plus grand : sa manie de se regarder dans la glace avant, pendant et après le cours de sport a le don de rendre fou le professeur référent qui serait prêt à lui jeter des pierres. Mais il s'en fiche, Max, parce que pour lui l'apparence, c'est important. Son narcissisme fait de lui une personnalité qui pourrait être désagréable, hautaine et méchante : mais il n'en est rien. Parce que s'aimer est certes un travers qu'il accepte entièrement, et il vit avec ; c'est presque même un handicap, à en juger par tout le temps qu'il perd à s'examiner sous toutes les coutures dans un miroir. Il pourrait le passer à faire du sport, sa deuxième passion ; mais il y a un temps pour chaque chose, et une chose pour chaque instant.

Maxwell a une vie réglée presque à la minute. Il n'est jamais en retard nulle part et ne supporte pas les gens qui le sont. C'est une personne qui a vécu avec des règles très strictes durant toute son enfance et qui a pour manie de suivre une règle de vie à la lettre. Il n'est en retard que lorsqu'il va en cours, mais cela fait partie du rituel : il a toujours dix minutes de retard. Ni plus, ni moins. Il fait du sport le matin au lever, de la musculation le soir avant de se coucher. Il y a une heure pour manger, pour se laver, pour toutes ces actions quotidiennes que l'on fait sans véritablement y penser. Pour le sortir de ce quotidien, il faut des efforts considérables, sachez-le. La bataille est loin d'être gagnée.

Ce qui contraste avec l'égocentrisme latent du jeune homme, demeure sa gentillesse et sa sociabilité. Malgré le milieu familial dont il est issu, des bourgeois habitués à la fréquentation de Coral Gabbles, son amour pour lui même ne fait pas de Maxwell un snob. Il aime tout le monde, que ce soit le clochard du coin ou la star de passage. Il aime se dire qu'il peut s'entendre avec tous les gens qu'il croisera dans sa vie, qu'il peut en faire ses amis. Cette naïveté est en paradoxe avec sa pensée récurrente "je suis beau" mais peu importe, parce que le principal est que même si Maxwell est persuadé d'être le coq de la basse-cour, il prendra toujours soin de ses poules.

Max aime les bonbons. Il adore les bonbons. Ses préférés, ce sont les oeufs en gélatine. Il en a toujours un paquet dans son sac, il ne s'en sépare jamais. Il sait que pour garder son corps de rêve il devrait se priver de friandises, mais il en est absolument incapable. Lorsqu'il fait ses devoirs, que ce soit en permanence, à la bibliothèque ou chez lui, le paquet doit toujours être quelque part à portée de main. S'il n'en a pas, il est incapable de se concentrer. Les bonbons sont les friandises de son cerveau.

On peut dire que Max est une personnalité un peu spéciale. On rencontre peu de gens qui s'aiment comme lui s'aime, sans arrogance : mais c'est bien réel. Il peut être un ami absolument fabuleux, toujours là pour vous si vous supportez ses petites manies ; ou un ennemi redoutable, parce que Max est loin d'être un enfant de choeur, lorsqu'il a quelqu'un dans le collimateur. Son côté noir réside dans les colères terribles dans lesquelles il entre lorsqu'on le provoque un peu trop. C'est rare, très rare ; mais suffisamment impressionnant pour être soulevé.

   

   
L'histoire que j'ai à vous raconter

   


   On ne choisit pas sa famille, n'est-ce pas ? Voici une phrase récurrente qu'on entend souvent lorsqu'on est insatisfait de ce que l'on a. Une personne extérieure ne devinerait pas que c'est le cas du beau jeune homme qui lui sourit, lui et ses mèches immobiles et rebelles devant ses yeux. Une personne inconnue ne devinerait pas que ses manies d'enfant gâté ne datent que de peu, en fait. La réalité était toute autre, à la maison.

Pour bien connaître Maxwell, il faut dire une chose : il est issu d'un milieu qui ne souffrait aucun écart. Liam Wentworth est un homme intègre, avec des règles plein la sacoche au point de ne pas savoir quoi en faire, et pour cause : c'est le chef de la Police de Miami depuis des années. Ses nouvelles fonctions, il les a prises lorsque le petit Maxwell avait six ans. Dès lors, les choses ont changé à la maison. Si auparavant ce n'était déjà pas très simple, là, c'est devenu un cauchemar absolu pour un enfant qui n'a pas eu le droit d'en être un.

Liam Wentworth n'était pas un homme méchant à proprement parler, mais il possédait un sens aigu de la justice et vivait selon des règles très strictes qu'il faisait subir à toute sa famille. Il fallait être debout à sept heures du matin, faire quatre heures de sport par semaine. De dix sept heures à dix neuf heures trente, c'étaient les devoirs. Couché à vingt et une heures, autant dire que le temps laissé à Max pour jouer avec ses amis en semaine était quasiment nul. Le week end, il était autorisé à sortir les samedis et dimanche de 14h à 18h. Mais jamais plus tôt ou plus tard. Max n'a jamais connu autre chose comme mode de vie que celui régi par un homme qui ne supportait pas le moindre faux pas. La moindre bêtise lui valait une paire de gifles, un peu trop de répondant, des privations à n'en plus finir. Liam avait juré qu'il ferait de son fils un homme modèle et parfait sous tout rapports. Avait-il réussi le pari, finalement ?

L'enfance de Maxwell se déroula sans véritablement de heurts. Trop jeune pour comprendre qu'il ne pouvait profiter pleinement d'une jeunesse qu'il ne retrouverait jamais, il passa des années à obéir sans protester à tous les ordres d'un père beaucoup trop sévère. Sa mère essayait bien de faire pencher la balance mais chaque entorse au règlement était suffisamment punie par le père pour qu'elle ne tente que peu de choses par défi. Liam Wentworth était le genre d'homme aussi dur à la maison qu'au travail. Et il menait ses hommes d'une main aussi ferme qu'il commandait à la maison.

Ce fut à l'adolescence que les choses se mirent à bouger radicalement pour Maxwell. L'adolescence implique une rébellion : la rébellion implique des conflits. Et des conflits, il y en a eu, un nombre considérable, suffisamment conséquent pour que père et fils ne s'adressent plus la parole pendant des mois même en vivant sous le même toit. Si Max faisait exprès de rentrer torché, son père retirait GSM et ordinateur de ses possessions. Voilà qui faisait redoubler la fureur de l'adolescent de quinze ans qui enchaîna les excès et les bêtises pendant des années pour rendre son père fou. Pour faire plaisir à sa mère il s'inscrivit à Wynwood et intégra la confrérie des Rho Kappa. Le jeune homme savait que le sport était son point fort, aussi ne rechigna-t-il pas à la tâche de s'intégrer auprès de sa confrérie. A côté de cela, à la maison il devint absolument invivable. Et c'est dans cette ambiance tendue en permanence que sa mère vécut, jusqu'à craquer alors que Max avait seize ans ; et qu'elle décida de divorcer.

La vie de Max n'avait déjà pas grand chose d'un paradis malgré son train de vie plus que confortable, mais là elle tourna au cauchemar. Sa mère refusa de le prendre avec lui et son père estima que pour le consoler, il fallait tout lui céder. Du jour au lendemain, Max parvint à obtenir une liberté totale de mouvement ; rentrer à n'importe quelle heure, boire ou fumer, tout lui était permis. L'argent de poche du jeune garçon doubla, s'ajoutant à celui que sa mère lui donnait. Sa mère, en dépression nerveuse pour avoir trop supporté la bataille intégrale que se vouaient les deux hommes qu'elle aimait. Cette liberté fit mal, très mal et très souvent, on retrouva Max en cellule de dégrisement au poste de police. Et ce fut sans doute à ce moment là que la vie du garçon bascula. Mais ça, ça il préfère ne pas en parler.

Il n'en parle pas parce que le droit chemin est revenu et qu'à présent, il a une vie suffisamment pleine et belle pour ne pas y repenser. Si la pression de son père a fait naître certains travers chez Maxwell, notamment les colères dévastatrices qu'il peut pousser lorsqu'il est à bout, la liberté n'a pas été plus salutaire. Maintenant, il a vingt ans, et il a trouvé un équilibre. Certaines habitudes ne sont jamais vraiment parties, mais il peut se considérer comme heureux. Il a trouvé de nouveaux moyens d'expier son trop plein d'énergie ; et son hyper-sociabilité fait de lui un jeune homme qui profite de sa jeunesse, en pleine santé... Et amoureux de lui même. Ses relations avec son père ne se sont jamais améliorées, le dialogue est coupé : mais peu importe, ce n'est pas grave. Pas grave si ce "A ce soir Papa" n'a jamais obtenu la moindre réponse. Il a des buts bien plus importants que celui de plaire à son père.

   

   
TOI, ET SEULEMENT TOI

   

   Souhaites-tu un parrain/marraine? J'ai Mr Porter déjà !
   Age: 22
   Pseudo: Appelez moi Max :smile1:
   Où as-tu connu le forum? Bazzart :D
   As-tu une remarque, ou suggestion à faire? Non, je suis content de revenir !
   Code de validation: Ok by Eva
   As-tu envoyé ton secret? Oui !

   
Code:
→ Ben Barnes [color=red]?[/color] Maxwell Wentworth
   

   
(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité




Invité
MessageSujet: Re: Allo ? Salute. (pouce bleu pour celui qui a chantonné Ozone dans sa tête en lisant)   Mar 24 Fév - 11:57

Noumanoumayéééééé, nanana nana nanaaaa /pan
Rebienvenue parmi nous ! :D
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Disponibilité pour RP : Opé
Messages : 14
Dollars : 20
Featuring : Charlize Theron
DC : Kyle Porter
Eva Esperanza
Hannibal Treacy
Date d'inscription : 16/02/2015


MessageSujet: Re: Allo ? Salute. (pouce bleu pour celui qui a chantonné Ozone dans sa tête en lisant)   Mar 24 Fév - 12:02


Félicitations !

TU ES VALIDE
Si ça c'est pas de la validation ultra rapide
Rebienvenue filleul adoré, je suis ravie de voir que tu nous as suivis <3 bon j'ai vu que tu avais CC ta présa de l'ancien forum, et je n'ai rien à redire ^^ tu n'as pas encore rp avec ton personnage, donc c'est normal 8D Rico avait très bien fait son boulot sur l'ancien, du coup je te souhaite un bon amusement parmi nous ! Et je veux un lien bien sûr, ne m'oublie pas <3


survole-moi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Allo ? Salute. (pouce bleu pour celui qui a chantonné Ozone dans sa tête en lisant)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Allo ? Salute. (pouce bleu pour celui qui a chantonné Ozone dans sa tête en lisant)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Beurre au fromage bleu pour viande grillée
» Quel bleu pour l'infanterie française 1er empire?
» Si vous changiez votre corps pour celui de votre BJD ?
» Tintin Le lotus bleu
» Des mots d'amour pour des douleurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miami's Whispers :: Administrative :: Papers, please :: Registre des habitants-