Partagez | 
 

 Therapy, you were never a friend to me || NM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Disponibilité pour RP : moyen
Messages : 12
Dollars : 14
Featuring : Justin Bieber
DC : Kaira Jacobs
Alexander Clifford
Who I am : Delirious
Age : 22
Date d'inscription : 20/02/2015
Localisation : Miami

ID Card
Études/Boulot: Étudiant/Directeur en stage
Statut Social: Riche
Quartier/Adresse: Coral Glabes/Garden Drive


MessageSujet: Therapy, you were never a friend to me || NM   Ven 20 Fév - 18:44

Nathan McCoy

INFORMATIONS GENERALES


Age: 20
Date de naissance: 3 janiver 1995
Lieu de naissance: Miami
Groupe: Rich
Statut social: Marié Étudiant
Avatar: Justin Bieber
Scénario, PV ou P.I: PI
Catégorie: 1

Ce qu'il se passe dans ma tête



Arrogant boy, love yourself so no one has to, they're better off without you


Chère Maman,

 Surprenant, n'est-ce pas ? Je me trouve dans une chambre d’hôpital, à t'écrire une lettre alors que ce n'est vraiment pas mon genre. Après ton départ, mon psy me l'a recommandé. J’avoue, j'ai été un peu choqué par le fait que tu sois partie, alors il m'a proposé d'écrire ce que je ressentais afin d'éclaircir mes idées. Encore une fois, tu dois être étonnée d’apprendre que j'accepte de suivre les conseils d'un psy. Je ne les ai jamais aimés. Pour être franc, le fait que des inconnus essayent de pénétrer dans mon esprit pour savoir ce qui cloche, ça me fait peur. Mais cette fois-ci, j'ai envie que ça marche. Je n’ai pas envie que ma femme ait un mari ingrat ou que mon fils se retrouve avec un vaut-rien en guise de père.

Le lycée a bâti, en partie, la monstruosité que je suis devenue. Auparavant, je n'étais personne, alors je me suis créé une personnalité qui laissera sa marque aux gens qui croiseront ma route. Arrogant, narcissique, autoritaire, chiant, je ne m'attribuais que des défauts. Les méchants ont toujours été plus forts que les autres. En étant de leur côté, je m’assurais d’être du bon bord. Personne n’oserait m’atteindre de cette façon. Et j'avais raison, car rapidement, je me suis retrouvé dans le rang des plus populaires. Contrairement à mon expérience à l’école élémentaire, on m’a accepté plus rapidement. C'est là que j'ai compris qu'en se montrant puissant, les autres rampaient presque à nos pieds. Tu sais ce qu’on dit du lycée : ce n'est pas un établissement pour l'éducation, non, c'est un vrai champ de bataille. Le principe, c'est d'acquérir le plus de pouvoir possible. Si tu comprends ce point, tu deviens invincible. Par conséquent, j'ai adoré mon expérience au lycée. C'est pourquoi j'envisage de devenir directeur. Après ma remise de diplômes, j'ai ressenti une grande nostalgie. Wynwood était une partie de moi en quelque sorte. Même si la plupart des profs étaient détestables, même si les cours étaient exagérément chiants, j'avais quand même envie d'y retourner. Et puis rien de mieux que d'être directeur pour superviser mon propre terrain de jeu. Tu sais bien que j'ai toujours aimé diriger les choses. C'est l'un des aspects de ma personnalité qui n'a pas disparu, au contraire, a grandi avec moi. On me vénère encore pour avoir été chef des Pi Sigma, t'imagine ! Ça me manque tout ça, alors j'ai hâte de finir mes foutues études pour être directeur. Je n'ai jamais aimé étudier, c'est pour cela que j'ai failli ne jamais mettre les pieds dans une université. Je n'ai jamais eu de réelle motivation pour me forcer à l'école ; je suis riche et beau, alors à quoi bon faire des efforts ? C'était mon idéologie pendant un bon moment. Jusqu'à ce que je vois Nina suer à force de s'efforcer à réussir ses cours à Harvard. Harvard... À côté, j'avais honte. Elle était motivée, semblait savoir exactement où se trouvait sa voie, tandis que je n'avais aucun avenir. Par ailleurs, le foetus qui grandissait dans le ventre de Nina m'a fait l'effet d'un coup de poing dans l'estomac. Un soir, un souvenir de quand j'étais petit m'est revenu. Je ne sais pas si tu te rappelles, mais j'ai dû faire une présentation orale en première année par rapport à mes parents. Tu te rappelles combien j'étais fier de parler de papa et toi devant ma classe ? Un père architecte, les élèves avaient trouvé ça « trop cool". Plus tard, dans le futur, quand  Justin aura à faire ce genre de présentation, il dirait quoi de son père ? Rien. Si je garde ce style de vie, il n'aura jamais d'étoiles dans ses yeux quand il parlera de son papa. Il en aurait peut-être honte ! Je veux qu’il soit fasciné par moi. C’est pour cela que je veux changer.  Je veux dévoiler mon beau côté et massacrer le monstre en moi. Mon heure de gloire est terminée depuis longtemps, alors je n'ai plus rien à prouver aux autres. Je peux enfin détruire mes barrières et être moi-même. Montrer que je peux me montrer gentil et attentionné, drôle et passionné, protecteur et créatif. D'ailleurs, j'ai prévu de mettre mes talents en guitare plus en avant. Je le cachais parce que je me disais que les gens trouveraient ça étrange, mais c'est fini maintenant.  Tu me vois en directeur, toi ? J'avoue qu'il n'y a pas grand monde qui croit en moi. C'est vrai, je serai toujours un ado dans ma tête. J'aime toujours faire la fête et mon côté chiant est toujours aux aguets. Je serai du genre à m'allier avec les rebelles au lieu de les réprimander. Mais bon, je suis impatient de commencer ce métier. Au moins, mon stage arrivé à m’occuper pour l'instant.

Le psy m'a conseillé de mettre ma négativité de côté. À quoi bon entretenir une haine contre des personnes qui ne m’ont rien fait ? Je pense notamment à Jewel. Maintenant que j'ai ouvert les yeux, je me rends compte à quel point elle ne méritait pas tout ce que je lui ai fait subir. À toi aussi. Je suis conscient que je n‘ai pas été le fils le plus formidable du monde. Le psy dit que ce n'est pas trop tard pour me reprendre, mais bon ça reste à voir.




L'histoire que j'ai à vous raconter



In a city of fools, I was careful and cool, but they tore me apart like a hurricane


Dans l'une de mes sessions, j'ai demandé au psy : « où me suis-je trompé de chemin ? » Il m'a répondu que la réponse devait être dans mon passé, alors j'ai dû me remémorer toute mon enfance.

Tu te souviens de comment j'étais avant, non ? Un petit enfant qui n'avait rien à foutre du monde qui l'entoure. J'étais timide, rêveur et ne m'intégrais pas aussi facilement qu'aujourd'hui. Mon ami de tous les temps était Chiko, le chien que vous avez adopté depuis que je suis tout petit. Il m'arrive encore de repenser à lui, ça fait quand même plus d'un an qu'il est mort. Bref, comme vous travailliez souvent papa et toi, je devais trouver des moyens de m'occuper. Alors je m'échappais de la maison et partais à l'aventure le jour, puis revenais en soirée - si on ne m'avait pas retrouvé avant -. Je savais que la nounou commençait à devenir folle, mais je ne pouvais m'empêcher de simplement partir pour explorer le monde. Dès que Sasha venait en vacances à Miami, j'en profitais pour fuir avec lui. On était tellement proches tous les deux qu'on se qualifiait de frères. T'ai-je déjà parlé de la cabane qu'on a construit dans la forêt ? Peut-être pas, en même temps toi et moi n’étions pas souvent ensemble. Quand vous partiez pour le travail, je vous en voulais à mort. Mais à votre retour, je laissais tomber ma colère parce qu'au moins, vous faisiez l'effort de vous rattraper en organisant des voyages ou en m'offrant des cadeaux. À l'époque, quand tu me chouchoutais - un peu trop d'ailleurs - je voulais déjà te montrer que j'étais un grand garçon. Quant à papa, il a quand même été un modèle pour moi pendant toute mon enfance. Bon maintenant les choses sont un peu corsées entre nous deux depuis qu’il a avoué avoir une famille autre que la notre. Je lui en veux encore de nous avoir menti, d’avoir gâché le côté familial. Une double vie… j’ai encore du mal à y croire. J’en ai tellement voulu à Jewel, comme si c’était de sa faute si on avait le même père. Pourtant, on était dans le même bateau, mais mon comportement avec elle n’a fait que prouver à quel point je pouvais être con.  Tu lui en veux encore à papa, toi ? J’imagine que oui, vu que vous avez divorcé et que tu sembles avoir tourné la page.  

Encore une fois, quand ai-je dérapé ?

Je pense que tu dois t'en douter. Moi-même connais la réponse, mais j'ai longtemps essayé d'oublier. Enfin, comment aurais-je pu alors que l'un des coupables s'est retrouvé dans la même confrérie que moi au lycée ? Je n'ai jamais voulu parler de cette époque, peut-être parce que j'avais honte de ce qui est arrivé. En 6e année, j'étais plus détesté qu'aimer. Dans ce temps-là, je ne comprenais pas trop pourquoi c'était difficile de se faire des amis. Parce que j'étais trop timide et maladroit ? Ou c'était peut-être à cause de ma franche. Ouais, ça devait être le problème. J'étais complètement maniaque de mes cheveux. Les garçons me traitaient de gay parce que j'arrangeais toujours ma coupe, mais encore une fois, je ne comprenais pas. Ça doit être pour cela qu'aujourd'hui je suis dégoûté rien qu'en entendant le mot « homosexuel ». Enfin bon, ils ne pouvaient se douter qu'en réalité, j'avais des vues sur une fille de mon année du nom d'Olivia. C'était la seule qui ne me reniait pas à l'école. Je n’ai jamais osé faire le premier pas, trop effrayé de perdre son amitié, qui n'était pas aussi développé que je l'aurais voulu.

C’est durant cette année-là que Leahna a déménagé dans la maison à côté de la nôtre. Je suis rapidement devenu ami avec elle, à croire que les filles étaient plus ouvertes d’esprit. Sans elle et sans Sasha, je serai sûrement pas là en ce moment. Ça me fait encore du mal de penser à ma tentative de suicide. En ce moment, j’apprends à y faire face, à surmonter ce souvenir et à comprendre pourquoi j’ai songé à me tuer. C’est dur, parce que c’est justement l’élément déclencheur qui m’a transformé en monstre. Je me suis bâti une toute nouvelle personnalité, un tout nouveau mode de vie pour ne pas suivre le même chemin, des murs se sont érigés autour de moi afin que personne ne puisse m’atteindre davantage. Le psy dit que ce n’est pas uniquement ma tentative qui m’a affecté. L’absence fréquente des parents menant ainsi à la solitude et à une sorte de rejet peut aussi en être la cause.

Enfin, on ne peut pas changer le passé, si ? À ce qu’il parait, je dois apprendre à vivre avec pour me permettre d’avancer dans la vie. D’un autre côté, je ne devrais pas trop m’en plaindre, car ma vie est devenue beaucoup plus intéressante. Et puis, je n’aurais jamais eu une chance avec Nina si j’étais resté le même. Je t’ai déjà dit comment on s’est rencontré ? Par popularité surtout, j’étais un Pi Sigma populaire et elle une Eta Iota qui faisait des ravages. Au début, je l’ai prise pour un challenge, sauf que j’ai vite compris que je la voulais plus que pour une simple nuit. Elle n’était pas comme les autres et ça se voyait. J’ai jamais cru au coup de foudre, alors j’aime encore croire que c’est elle qui m’a envouté. À un, je ne pouvais me passer d’elle. À deux, elle monopolisait toutes mes pensées. À trois, j’étais déjà amoureux.



Mon physique à moi



Give me therapy, I'm a walking travesty, but I'm smiling at everything  ♫


Parlant de Nina, elle se trouve justement devant mes yeux. Elle s’est endormie, le bébé encore dans ses bras. J’ai passé des heures à la regarder dans cette position. Ses lèvres forment un petit rictus, résultant une grimace assez amusante. Ses sourcils sont légèrement froncés, ce qui lui donne un air plutôt mignon. Elle doit être épuisée à cause son récent accouchement. Quant à Justin… je ne sais comment exprimer ce que je ressens à son égard. Ça me rend fou quand il passe d’une personne à une autre et j’ai juste envie de hurler que c’est ma propriété et qu’on devrait arrêter de le toucher. Quand je l’ai pris dans mes bras pour la première fois, j’en ai eu les larmes aux yeux. Est-ce que tu te souviens si Papa a eu la même réaction avec moi ? C’est un sentiment étrange, de tenir un être que t’as créé dans tes bras. Pour un long moment, j’étais parano à l’idée de l’échapper, alors je me suis assis sur un fauteuil et l’a longuement observé. Il a soulevé son bras et a effleuré mon menton, touchant ainsi la barbe de deux jours qui n’avait pas encore eu le temps de disparaitre à coup de rasoir. Je n’ai pas eu la chance de voir ses yeux, mais espérais qu’ils soient aussi noisette que les miens. À vrai dire, j’espérais qu’il me ressemble tout court. Touffe de cheveux bruns, lèvres roses, nez rond, Juju pourrait carrément être le sosie de son père. Sa tête n’était pas aussi ovale que la mienne, mais ça viendra, je suppose. S’il était aussi beau que moi, j’en serais quelque peu fier. Je suis toujours aussi obsédé par la beauté. C’est la raison pour laquelle je peux passer des heures dans une toilette à essayer de paraître présentable. Dès que je le peux, je me rends au gym dans le but d’entretenir mes biceps et mes abdominaux. Cependant, durant les dernières semaines de la grossesse de Nina, je n’ai pas vraiment quitté la maison pour une activité autre que le stage au lycée et l’épicerie. Comme j’ai rarement passé mon temps dehors, ma peau a perdu son léger bronzage causé par le soleil.

Mon regard ne peut arrêter de dévisager Justin. Dans ma tête, je pense à quoi il pourrait ressembler plus tard. Ses doigts seront peut-être ceux d'un musicien ou son corps celui d'un athlète. Je sais que ce n'est pas facile d'élever une famille, sauf qu'à cet instant, en les regardant tous les deux dormir l'un collé à l'autre, c'était le dernier de mes soucis...

Enfin bref, je n'ai pas arrêté de divaguer. Quoique, j'avoue que ça fait du bien d'écrire tout ce qui me passe par la tête. J'hésite encore à l'envoyer ou pas. Pourquoi toi ? Après ton départ, j'ai un peu douté de moi sur le coup. C'est à cause de moi si t'es partie ? Sûrement, j'ai été si chiant avec toi que t'as décidé de t'en aller. Puis, Justin vient de naître et j'avoue que j'aurais préféré que tu sois présente, mais bon, on ne peut pas toujours avoir ce qu'on veut. Non en réalité, je ne sais pas ce que je veux, ai l'impression de partir dans tous les sens. Mais bon, je suis en train d'y remédier. Qui sait, je deviendrais possiblement un homme meilleur.

- Nathan




TOI, ET SEULEMENT TOI


Souhaites-tu un parrain/marraine? non
Age: 51 ans
Pseudo: Neilou
Où as-tu connu le forum?  
As-tu une remarque, ou suggestion à faire? la terre est ronde
Code de validation:  
As-tu envoyé ton secret? héhé

Code:
→ Justin Bieber [color=red]?[/color] Nathan McCoy

(c) Sashette

_________________
I'm James Dean, you're Audrey Hepburn.

How the hell did you ever pick me? Honestly, 'cause I could sing you a song, but I don't think words can express your beauty. It's singing to me ; how the hell did we end up like this? You bring out the beast in me. I fell in love from the moment we kissed, since then we've been history.
apache.


Dernière édition par Nathan McCoy le Mer 4 Mar - 21:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Disponibilité pour RP : Oui
Messages : 23
Dollars : 17
Featuring : Jennifer Love Hewitt
DC : Javier Lopez
Leahna O. Montgomery
Victoria N. Palmer
Jewel McCoy
Who I am :
Art. I
Date d'inscription : 18/02/2015


MessageSujet: Re: Therapy, you were never a friend to me || NM   Ven 20 Fév - 22:10

Oh Neiloulouuuuuuuuuute

_________________
Isobel Walters McCoy
Vivre sans cet espoir, c’était vivre dans un vide si ténébreux que, malgré sa résolution de revenir à « sa famille » et d’oublier ses ambitions stupides, elle avait perdu sa joie de vivre... ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Disponibilité pour RP : Oui
Messages : 131
Dollars : 127
Featuring : Jana Kramer
DC : Soraya Muños
Olivia K. Akane
Eden Y. Cobb
Haven G. A. Lawner
Meven D. Belfort
Who I am : History
Age : 21
Date d'inscription : 13/02/2015

ID Card
Études/Boulot: Etudie le droit à Harvard, par correspondance et fait un stage au barreau de Miami
Statut Social: Etudiante
Quartier/Adresse: Coral Gables


MessageSujet: Re: Therapy, you were never a friend to me || NM   Mer 4 Mar - 21:45


Félicitations !

TU ES VALIDE(e)OMG OMG OMG Mon petit chat c'est trop mignon et trop beau ta présentation *_* Limite on ne le reconnait pas ! :D *_* Bref t'es validée ma cocotte <3 Love you so much


survole-moi


_________________
Nina Palmer McCoy
Ils ne demandaient rien d'autre que d'être heureux ensemble. Même pas heureux d'ailleurs, ils n'étaient plus si exigeants. D'être ensemble, c'est tout.
   
Anna Gavalda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Therapy, you were never a friend to me || NM   

Revenir en haut Aller en bas
 

Therapy, you were never a friend to me || NM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Poupée] Juin 2007 : my best friend (petites photos)
» Happy tree friend
» coup de coeur ABC stitch therapy
» [SOFT] FRIEND ME : Facebook adapté à Honeycomb
» The Shrink ! Colorful Therapy [2nd JE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miami's Whispers :: Administrative :: Papers, please :: Registre des habitants-