Partagez | 
 

 Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



Disponibilité pour RP : Oui
Messages : 29
Dollars : 26
Featuring : Nina Dobrev
DC : Soraya Muños
Nina P. McCoy
Eden Y. Cobb
Meven D. Belfort
Haven G. A. Lawner
Who I am :
History
The people around me :
Links
What I've done :
[url=lien de la présentation]Blabla[/url]
Where I am going :
[url=lien de la présentation]Blabla[/url]
Age : 21
Date d'inscription : 17/02/2015

ID Card
Études/Boulot: Senior Year
Statut Social: Etudiante
Quartier/Adresse:


MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Mar 10 Mar - 16:36

La soirée, ils l’avaient passée en compagnie de Li et Meven. Les filles avaient organisé un repas en expulsant les garçons dehors toute l’après-midi. Elles leur avaient demandé d’aller chercher un truc inexistant dans un magasin inexistant lui aussi. Au moins, ils allaient passer leur temps à chercher et les filles ne les auraient pas dans les pieds pour leurs préparatifs. Le repas terminé, Olivia avait mis une dizaine de minutes à ranger et nettoyer avant de monter à l’étage pour se préparer. Ils avaient tous dans l’idée de se rendre au feu d’artifice, mais cette fois-ci, séparément. Olivia s’y rendait avec Samuel et Li avec Meven, chacun de leur côté. Pour l’occasion, Olivia avait décidé d’enfiler une jolie robe noire et blanche assortie à des escarpins rouges. Elle avait attaché ses cheveux en tresse poisson et une fois prête, rejoignis Sam au rez-de-chaussée. Occupé sur son appareil photo, elle s’en approcha et passa ses bras autour de sa taille dans le but d’attirer son attention et lui sortir le nez de son petit bijou. « On y va, Sam ? » Sourire aux lèvres, Olivia était heureuse de passer la soirée avec celui pour lequel elle avait des sentiments qui ne cessaient d’augmenter un peu plus chaque jour. Il y a un an d’ici, sans doute qu’elle n’aurait jamais pensé qu’à l’heure d’aujourd’hui, elle passerait la saint-Valentin avec Sam qui était, à la base, son meilleur ami. Ou alors, uniquement pour dire d’aller voir un feu d’artifice sans vraiment fêter quoi que ce soit et pourtant, elle avait toujours voulu faire passer Samuel avant les autres, parce qu’il avait toujours beaucoup compté pour elle. Avec le temps, la jeune Akane se rendait compte que les sentiments qu’elle éprouvait pour lui étaient en fait bien plus que de l’amitié. A cette pensée, elle le fixa quelques secondes et lui sourit une fois de plus, comme si elle venait de se rendre réellement compte de ses sentiments. Comme si elle venait seulement de se réveiller alors qu’elle vivait un vrai compte de fée depuis 6 mois.

Une fois dehors, Olivia s’empare de la main de Sam pour rejoindre la plage où se déroulait le feu d’artifice, mais en repensant à sa journée, elle se stoppa nette. « Oh attends ! Ce matin j’ai eu un flyer qui m’a fait pensé à toi, ça te tentera peut-être » Sourire mesquin sur le visage, elle déposa son sac sur un appui de fenêtre d’une maison voisine et chercha après le dit folder. Lorsqu’elle l’eut trouvé, elle le lui tendit. En réalité, c’était un concours de cuisine et celui ou celle qui réussissait à se démarquer en revisitant la Paella gagnait un voyage en Espagne. Evidemment, le taquiner était sa seule idée en lui montrant le folder. Le sourire aux lèvres, elle rigola avant même de voir sa réaction « J’étais obligée de te faire le coup » et puis s’approcha de lui pour l’embrasser. Ils continuèrent leur chemin jusqu’à la plage où le monde grouillait déjà. Au loin, un politicien discutait. A première vue, Olivia pendant qu’il était en pleine propagande politique. Tantôt, elle regardait les têtes connues, tantôt elle reportait son attention vers cet homme qui parlait encore et encore.

« On arrive au bon moment, tu crois qu’il va encore parler longtemps ? On s’en fiche un peu de son discours » finit-elle par dire sur un ton de mécontentement.

Alors qu’elle fixait cet homme, elle avait ce sentiment de fixation. Comme si quelqu’un ne cessait de la regarder et Olivia finit par chercher autour d’elle après ce regard qui lui donnait cette impression. Elle croisa celui d’un garçon qu’elle ne connaissait pas vraiment, si ce n’est qu’il était avec elle en cours et qu’en français, il ne la lâchait toujours pas du regard. A ses côtés, Adan qui en profita pour lui faire signe. Elle le salua à son tour à l’aide d’un signe et puis son regard se posa à nouveau sur son ami qui n’avait pas l’air de la lacher du regard. Elle détourna son regard et passa ses bras autour de la taille du Pi Sigma, afin de se blottir un peu plus contre lui et montrer à qui le voulait – mais surtout à Cameron – que Samuel était le seul qu’elle voulait et avec qui elle voulait être.

Au même moment, l’homme qui déblatérait son discours depuis presque 5 minutes se stoppa. La jeune Akane se retourna afin de voir ce qui se déroulait devant autant de monde pour qu’il prenne la peine de s’arrêter et lorsqu’une tache rouge et le cris strident d’une femme attira son attention, elle sentit son les battements de son cœur s’accélérer dans sa poitrine, cherchant à comprendre. Des hommes cagoulés les encerclaient et les obligeaient à se compresser les uns aux autres, tel un troupeau de moutons. En les voyant, son cœur s’accéléra encore plus vite. Ne sachant pas trop où regarder. Olivia était incapable de dire quoi que ce soit et puis une voix résonne, une voix qui vient de partout et de nulle part les interpelle et leur raconte des trucs presque ahurissant et totalement dingues. Inconsciemment, elle repense à ses voyages y compris le Vietnam avec Sam. A cet instant, elle aimerait s’y trouver et être loin de ce qui était en train de se passer sous son nez. Olivia n’écoutait même plus ce que cet homme disait, elle restait accrochée à ses souvenirs sans pour autant se séparer de celui qu’elle aime toujours un peu plus chaque jour.

Des sirènes se font entendre et ces types cagoulés disparaissent. Cet homme a fini son discours complètement psychopathe et pourtant, elle réfléchit. Elle espère pouvoir partir et trouver un endroit où ils pourraient être en sécurité. Chez eux peut-être, avec Meven et Li. D’une voix pas forcément rassurée, elle se tourna vers Sam

« Est-ce qu’on doit rester ici ? Tu crois que Meven et Li sont là aussi ? »

Des gens finissent par se disperser et Olivia ne voulait pas pour autant lâcher la main du Pi Sigma. Elle regardait sans cesse autour d’elle, comme pour s’assurer que ces hommes cagoulés ne reviendraient pas et puis elle demanda :

« Sam, on bouge ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I will survive


Messages : 11
Dollars : 12
Featuring : Yang Yoseob
DC : Sasha B. CobbLi K. HanMike R. HarperShin Young HaeGregory Z. LawnerAdan Wangchuck
Who I am : Happy
The people around me : <3
Age : 19
Date d'inscription : 17/02/2015
Localisation : à côté de toi


MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Jeu 12 Mar - 16:42

Interaction : Alayna, Eric, Haven.

Tout se passe à la perfection. Du moins, c’est l’impression que la fête donne. Que tout roule sur des roulettes et que rien ne pourra jamais entamer la bonne humeur des habitants ce jour-là. Ce qui est également le cas de Nicholas, trop heureux pour s’attendre à un revirement de situation quelconque. En présence d’Alayna, il ne peut que se sentir bien, et en oublie presque l’ambiance festive qui l’entoure. Tout ce qui compte, c’est qu’elle passe un bon moment. Et pour ça, Nicholas devait être le plus à même à répondre à ses besoins en cette soirée. Et puis il fallait dire, il aimait beaucoup la petite irlandaise, bien plus qu’il n’aurait jamais pu le penser. Comme s’il n’avait pas pu s’empêcher de tomber sous le charme de la jolie rousse, et de son sourire éclatant. De sa joie de vivre et son optimisme à toute épreuve. Pour quelqu’un qui avait peur de s’attacher, il avait brisé toutes ses promesses avec Alayna, et étrangement ça ne le dérangeait pas. Le plus dur étant maintenant de l’avouer, de l’assumer, et de tenir au courant la principale concernée. C’était peut-être cucul et nian nian de profiter d’un jour comme celui-ci pour le faire, mais concernant le relationnel Nicholas n’était pas bien courageux. Lui qui avait toujours fais en sorte que jamais il ne s’attacherait, pour ne jamais blesser, il n’avait jamais appris à faire part de ce qu’il ressentait vraiment à l’égard d’un autre, si ce n’est peut-être Haven, sa cousine, et Eric, celui qu’il aimait à appeler son garde du corps.

D’ailleurs, alors qu’ils étaient au buffet, et que Nicholas venait de proposer un verre à la demoiselle, les deux tourtereaux ne tardèrent pas à faire leur apparition. Haven, en premier, qui le complimenta sur son apparence, et Eric, qui lui demandait le plus simplement du monde comment il allait. Bien, très bien même.

« Bonjour Haven et Eric. » Lança-t-il souriant, très heureux de les voir là, ensemble. « Je vous présente Alayna. Alayna, Haven, ma cousine et Eric, le super-héros. » Super-héros, oui. « Et ne t’en fais pas, ton SMS m’a fait très plaisir, et je te réponds ici du coup : Evidemment que je serais présent, je ne louperais ça pour rien au monde. » Louper le mariage de sa cousine, jamais. Ils finirent par s’en aller, et Nicholas leur fit un dernier signe de la main, avant de servir du jus de pomme dans un verre et le tendre à Alayna. « Et voilà un jus de pomme pour la demoiselle, un. »

Par la suite, il se servit un verre de Coca-Cola, et regardait le ciel rêveur. Oui, il voulait vraiment aller demander aux artificiers comment ça marchait. Et peut-être même qu’ils les laisseraient essayer.

La soirée battait son plein, et le maire fit son apparition. Le fameux discours post-feu d’artifice. Depuis que Nicholas était à Miami, c’était toujours la même rengaine. Le même vieux discours récité chaque année de façon monocorde. Et cette fois-ci, il ne comptait pas écouter, étonnamment pas intéressé de savoir qu’on le remerciait d’être venu. Et d’ailleurs il comptait bien aller se choper un petit four en attendant qu’il ait fini son discours. Seulement il fut arrêté dans son élan. Le maire avait coupé court à son discours bien trop tôt. D’habitude il était perdu dans son propre monologue et là rien, il avait juste cessé de parler, puis son corps était devenu flasque, son visage pâle, jusqu’à ce qu’il s’écroule sur l’estrade dans un bruit sourd, qui fit régner le silence sur la plage. Deux minutes de battement, et des cris d’horreur commencent à se faire entendre. Il était mort. Et Nicholas venait d’assister en direct à la mort d’un homme politique important pour Miami. En fait non, ça il se fichait bien qu’il était politique. Il venait d’assister à la mort de quelqu’un. D’un être humain, vivant, doté de sentiments. Il venait de voir la mort en face. Et ça, c’était pire que tout pour Nicholas.

Figé, il était incapable de bouger, les yeux rivés sur le cadavre gisant là. Il était peut-être bavard, chiant, gras et gros, mais il ne méritait pas de mourir, pas de cette façon, en un jour censé être joyeux. Nicholas ne savait pas quoi faire. Il regardait les gens paniquer, prêts à prendre la fuite jusqu’à ce qu’une horde de gens masqués, habillés tout en noir, viennent les encercler, et Nicholas avait peur, très peur. Là tout de suite, il se demandait si la mort ne venait pas le chercher, jugeant qu’il était temps pour lui de partir. Mais non, ça c’était bien trop pessimiste comme façon de penser. Ils étaient là, mais pas pour Nicholas. Ils étaient là pour les menacer, leur dire que ça allait se reproduire, et les genoux de Nicholas claquèrent. Si même à ce genre d’évènements ils n’étaient plus à l’abri… Complètement sous le choc, et incapable de prononcer quoique ce soit, il se tourna vers Alayna, qui devait sans doute être dans le même état d’esprit que lui. Effrayée, et traumatisée. Nicholas savait que plus jeune elle avait reçue une balle dans la tête, et il n’osait même pas imaginer ce qu’elle devait ressentir à cet instant.

Sitôt qu’il vit son visage, mouillé par les larmes, il s’approcha d’elle, inquiet. Seulement on l’en empêcha. Les gars partis, voilà la foule qui s’excitait, qui bougeait dans tous les sens, et qui les sépara tout bonnement. Alors à pourtant un mètre, ils en étaient déjà à cinq et Nicholas tentait désespérément de faire marche arrière pour retrouver Alayna. Il venait même à les pousser, violemment, jusqu’à ce qu’ils soient enfin réunis. Elle pleurait, et ça lui faisait mal au cœur.

« Non je n’ai rien, et toi ça va ? »

Il y avait de l’angoisse et de l’anxiété dans sa voix. Et il n’attendit pas de réponse avant de prendre, sans réfléchir et spontanément, la jeune fille dans ses bras, comme si ça le rassurait de l’avoir contre lui, et qu’elle n’ait rien. Ils étaient là, au milieu de la foule qui se bousculait dans tous les sens. Il fermait les yeux un instant, réalisant leur chance, mais réalisant aussi que tout ne serait plus pareil. Le corps du maire était désormais sur une civière, prêt à être emmené à l’hôpital et les policiers sécurisaient la zone, et Nicholas avait peur. Très peur de ce qui pourrait bien se passer, lui qui vivait –tout comme Alayna- à Little Haiti.

« Qu’est-ce qu’on doit faire maintenant ? »

Je ne sais pas, pensa-t-il. Et il ne savait vraiment pas ce qu’on faisait dans ce genre de situations, et à en juger l’attitude des autres, le plus sage était encore de fuir avant qu’ils ne décident de revenir, et c’est ce que Nicholas pensa. Ils devaient s’en aller. Puis il repensa à Alayna qui vivait seule, dans son entrepôt et à savoir ça il n’était pas tranquille pour elle. Il ne pouvait pas la laisser seule. Il leur restait donc un choix à faire : chez lui, ou chez elle ? Mais quoiqu’il arrive, il ne la lâcherait pas d’une semelle.

« On va rentrer à Little Haiti. Ce sera plus prudent si on rentre chez nous, tu veux peut-être venir passer le week-end chez moi ? »

De plus, Nicholas savait que ses parents feraient en sorte que les deux jeunes aillent bien, et puis il voulait aussi savoir si eux allaient bien. Après tout ils étaient peut-être sortis, et étaient peut-être tombés sur ces infâmes personnages. Du moins, il ne voulait pas se l’imaginer.

_________________
Nicholas
On s'en fout on n'y va pas, on a qu'à s'cacher sous les draps, on mangera de la pizza, toi, la télé et moi. On appelle on excuse, on improvise, on trouve quelque chose, on a qu'à dire à tes amis, qu'on les aime pas et puis tant pis. Bénabar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'll fight as long as I live


Messages : 33
Dollars : 36
Featuring : Harry Styles
DC : Li K. HanMike R. HarperShin Young HaeNicholas Y. TompkinsGregory Z. LawnerAdan Wangchuck
Who I am : an english man
The people around me : Midnight Memories
Age : 21
Date d'inscription : 17/02/2015
Localisation : quelque part en train de décuver

ID Card
Études/Boulot: Senior Year
Statut Social: Riche
Quartier/Adresse: Coral Gables


MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Jeu 12 Mar - 22:48

Interactions : Jewel, Eric.

A bien y réfléchir, cela faisait un bout de temps que je n’avais pas profité d’une soirée avec Jewel. En fait on ne se voyait pas beaucoup. Déjà au lycée, quand Nathan y étudiait encore, vu que nous trainions tout le temps ensemble, et toujours maintenant pour une raison que j’ignorais. Sans doute l’espèce de palmarès de nanas qui avaient défilés ces derniers mois dans mon pieu. Chose sur laquelle j’essayais de tirer un trait, du moins la chose la plus simple à arrêter à mon sens. Elles ne défilaient plus, et j’avais en quelque sorte eu ma dose.

Et ce soir, ça allait me faire du bien de sortir. Pour de vrai, pas à une fête durant laquelle je ne garderais aucun souvenir. Et en plus avec Jewel, sans doute une des rares personnes qui comptait pour moi sur cette planète. La seule que je n’arriverais pas à décevoir sans m’en vouloir, mais qui si elle savait dans quoi je m’étais plongé ces derniers temps j’étais mal. Réellement. Et rien qu’à l’idée de savoir qu’elle pouvait m’en vouloir me rongeait véritablement. Mais en attendant, elle m’avait proposé à moi de sortir et ça m’avait illuminé ma journée. Et surtout ça m’aurait évité le tête à tête avec une bouteille de vodka ce soir en pensant à tous ces gens qui festoieraient, tandis que moi je n’étais qu’un pauvre raté. Déjà que je ne foutais rien, que je n’écoutais pas mes parents, maintenant j’étais un petit soulard qui se lamentait sur son sort. Quelle belle image. Mais le soulard ce soir, il allait se calmer, de une parce qu’il y aurait Jewel et de deux parce qu’il était le chauffeur et donc pas disposé à avaler ne serait-ce qu’une goutte d’alcool. C’est moche de jouer au chauffeur clean.

Arrivé devant chez Jewel, je l’attendais sagement, et une fois installée, je lui demandais la première chose : si elle allait bien. C’était important pour moi de savoir que tout allait bien pour elle. Et son sourire suffit à me faire comprendre qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter.

« C’est toujours mieux que rester enfermé chez soi, ça c’est sur. »

Un dernier petit sourire pour la route, et nous voilà partis direction Miami Beach. Ce n’était pas trop loin, donc le trajet ne prit que quelques courtes minutes et je mis plus de temps à trouver une place où me garer qu’autre chose. Les gens grouillaient de partout et venaient de tous les quartiers de Miami, des plus loin, aux plus proches et donc le parking était bondé, mais pas d’humeur à jouer au chauffeur modèle, je me garais un peu à la va-vite dans une interstice qui semblait être une place, et nous pouvions sagement nous rendre sur la plage où la soirée allait de bon train. Bonne musique, petits plats, boissons, décorations un peu trop roses à mon goût, je n’étais pas non plus mécontent d’être venu. C’était toujours plus agréable de sortir et respirer le bon air frais, qu’être enfermé entre quatre murs. Et contrairement à mes préjugés, je souriais et prenais plaisir à être là, et surtout voir que Jewel semblait s’amuser tout autant que moi me satisfaisais davantage. Ayant une petite faim, selon moi, elle me proposa de regagner le buffet et nous pouvions alors partager une coupe de champagne. Un petit tchin, et je commençais à me moquer du choix de leurs moules à gâteaux, qui avaient des formes un peu trop cucul. Des cœurs, pour la plupart.

« Un peu trop. Et pour quelqu’un qui n’aime pas le rose, tu imagines bien ce que ça doit être. J’ai l’impression d’avoir atterri dans la chambre d’une petite fille. « Barbie et ses amies à la plage. ». Bon après j’imagine que c’est pour qu’on oublie pas que c’est la fête de l’amour aujourd’hui. » Je disais ça sur un ton sarcastique. Je n’empêchais pas les gens de fêter cette fête, je respectais leur choix, mais jamais je ne serais de ce genre là avec une fille. Quand c’est trop, c’est trop. « Et bien, quitte à faire tache dans le décor tous les deux, narguons-les, après tout ce n’est pas réservé qu’aux couples. »

Parce que oui la Saint-Valentin était aussi une fête parfaite pour faire gage d’amitié envers ses amis les plus proches, mais la encore je trouvais que ça faisait vraiment scène d’amour à l’eau de rose, typique des feux de l’amour. Nathan avait beau être mon meilleur pote, je me voyais mal lui offrir des Mon Chéri pour le remercier de toutes ces belles années de connerie. Ouais non, Sasha retires-ça tout de suite ça de la tête c’est sale et dégueulasse comme image.

« Manquerait plus que ce soit dégueulasse. » Dis-je en m’empiffrant, parce que oui Jewel n’avait pas tort, ces petites cochonneries avaient bon goût. « Je ne dirais pas que c’est naïf, c’est un rêve comme un autre. On a tous à un moment donné eu cette ambition qui sortait un peu de l’ordinaire. Mais même si tu as abandonné l’idée d’en être une tu seras toujours la mienne. » Dis-je en lui ébouriffant légèrement les cheveux. J’avais toujours trouvé Jewel adorable, et sans doute la raison pour laquelle je m’étais attaché si vite à elle, tout en étant incapable de lui faire le moindre mal. Alors que je souriais, s’approcha de moi Eric. Tout sourire, et visiblement accompagné de sa femme que je saluais au passage, il me fit une petite remarque fort sympathique, accompagné d’un « Oh tu étais malade ? » d’une Jewel un peu inquiète. Pris au piège à une question à laquelle je ne pouvais répondre pleinement, je lui lançais un simple : « Ouais, beaucoup mieux, d’ailleurs merci, je te revaudrais ça. » Avant de me tourner vers Jewel pour la rassurer. « Un petit coup de blues, rien de bien grave, ne t’inquiètes pas tout va mieux maintenant. » Enfin presque. Bon il est clair que ça allait bien mieux pour moi depuis quelques temps, depuis qu’Eric m’avait ouvert les yeux, mais s’il savait –et si je savais- ce qui m’attendait encore, je pense qu’il désespérerait.

Avec Jewel nous allions donc un peu plus loin, au bord de l’eau, sans doute une place parfaite pour quand le feu commencera. Assis sur le sol, un beau spectacle s’offrait à nous, et Jewel commença à me raconter des souvenirs de quand elle était petite. C’était la première fois qu’elle se confiait à moi sur des moments qu’elle avait passés comme ça, jeune. Et je souriais. Je l’enviais dans un sens, d’avoir eu une relation si fusionnelle avec ses parents. Relation qu’elle a toujours d’ailleurs. Et je me disais qu’heureusement qu’elle avait vécue ça, c’est ce qui faisait d’elle la jeune fille qu’elle était aujourd’hui, soucieuse des petites choses de la vie, attentive aux détails et attentionnée.

« Ah bah si y en a une ce soir, n’oublies pas de faire un vœu. »
« Ton enfance à toi, elle s’est passée comment, à Oxford ? »
« Pas terrible. Tu sais mes parents et moi c’est pas vraiment l’amour fou, pareil pour Eden et James, on avait plus tendance à rester tous les trois pour se tenir compagnie, et dans ces moments là on était vraiment heureux. On faisait n’importe quoi, on croquait la vie à pleines dents. Bon c’était pas l’enfance rêvée, mais bon j’avais mes frères, je dirais que sans eux j’aurais été bien malheureux tout seul. En tout cas, tu as des parents qui m’ont l’air formidables, ne l’oublie jamais. »

Je ne préférais pas en dire plus parce que j’allais à coup sur plomber l’ambiance. Non pas que ça signifiait que j’allais me mettre en mode Caliméro, ouin ouin faut me plaindre à tout prix, mais mon enfance était pas ce qu’il y avait de plus joyeux à raconter, et d’ailleurs même si c’était Jewel je n’aimais pas beaucoup en parler. A la place je préférais changer de sujet, et lui demandais ce qui se passait de beau dans sa vie, et en l’occurrence elle avait trouvé une voie qui lui convenait : la danse et j’étais heureux pour elle. Acceptée dans une école où elle allait pouvoir faire ce qu’elle aimait était une chance inouïe.

« Hé faut pas avoir peur de mon frère, je t’assure qu’il va pas te manger, puis surtout si tu viens lui annoncer une telle nouvelle il sera heureux pour toi. Si c’est ta voie, ce que tu aimes faire, et que tu as été accepté ailleurs, je pense qu’au contraire il t’encouragera, donc vas-y fonce. D’ailleurs félicitations, je suis content pour toi. » Il lui rendit son sourire. « Oh trois semaines tranquille, tu as intérêt à m’inviter si tu organises une méga party là dedans. Et pour Nathan tu n’as pas à t’en faire, s’il tente de dire quoique ce soit je lui toucherais deux mots. » De toute façon, je doutais fort qu’il soit du genre à aller cafter pour ce genre de choses, surtout qu’en ce moment il devait avoir bien autre chose à penser qu’emmerder sa sœur. Bien que l’ambiance ne soit pas toujours au rendez-vous entre les deux, j’osais espérer que ça irait mieux un jour. En tout cas, c’était déjà bien moins chaotique qu’auparavant. On avançait, doucement mais surement.

« Au pire si jamais ça te dérange vraiment que Nathan se charge, je pourrais faire ton chauffeur. » Bon après ce n’était qu’une proposition comme ça, je ne savais même pas si je le pouvais, mais si je pouvais me rendre utile, ça m’évitera de faire n’importe quoi durant ces périodes là. « Une copine ? Non, fin j’aurais pas vraiment appelé ça une copine… » Un plan cul en réalité. « Fin c’est compliqué, on a jamais vraiment été ensemble, et tout le monde en a fait tout un foin de cette histoire, j’ai fini par laisser parler. Et oui tu peux le dire elle a un sale caractère. » Autant être honnête jusqu’au bout. Eileen ce n’était pas cette fille toute douce, toute gentille, c’était une véritable garce. « Oh t’as pas à t’excuser, tu sais tu peux dire tout ce que tu veux, j’irais pas répéter et probablement que je le penserais aussi. » Complètement dégueulasse, ouais, mais bon Eileen c’était vraiment le genre de manipulatrice perfide, et à partir du moment où elle a su que j’étais sacrément proche de Jewel, elle a commencé à avoir des idées qui ne me plaisaient pas. Je ne sais pas trop ce qu’elle comptait lui faire, mais à partir de ce moment là j’ai préféré couper les ponts avant qu’elle aille trop loin. Les filles entre elles, ça peut virer au bain de sang.

Alors qu’un discours se tenait derrière nous, nous continuons à parler, sans vraiment porter une attention particulière. Pour ma part, j’étais plus concentré sur Jewel, qui se plaça face à moi. Elle me demanda alors si je comptais venir la voir, quand elle aura des représentations. J’attrapais ses mains. « Bien sur, je ne raterais pour rien au monde l’ascension de miss McCoy dans le monde du spectacle. » Et alors que j’allais en ajouter davantage sa mine se décomposa à vue d’œil, ce pourquoi je me retournais pour voir notre maire sa péter la gueule sur son estrade. Si vieux qu’il tient pas sur ses jambes ou quoi ? Mais quand je compris réellement ce qu’il s’était passé je riais moins de savoir qu’il avait un équilibre de merde. Il venait d’être tué, et ça courait dans tous les sens. Je me redressais très vite, et mon premier réflexe était de tenir Jewel dans mes bras comme si ça allait la sauver. Et étrangement ça me rappelait Halloween, quand nous étions dans la même situation, face à des armes et que je pensais être assez solide pour empêcher qu’on lui fasse du mal.

Contrairement à Halloween, Sasha préféra se taire, faire le malin face à un type armé d’accord, mais face à toute une bande c’était du suicide. Il serra juste davantage la jeune fille dans ses bras en priant pour que ça se finisse et vite. Il aurait voulu faire plus, tellement plus, mais de toute évidence ce n’était pas Superman, juste un pauvre mec qui n’avait aucun pouvoir. Il était beau l’argent dans ces situations, les statuts, la célébrité. POUF. Tout s’envole quand t’es face à des situations critiques comme celles-là. Et là je ne pouvais clairement rien y faire.

Quand ils daignèrent partir, les secours arrivaient. Les sirènes des ambulances et policiers étaient le seul fond sonore en plus des cris de panique de la population. C’était surréaliste. Comment ça avait pu passer d’une ambiance tranquille à une situation tendue pareille. Je l’ignorais, et quand Jewel me demanda ce qu’on pouvait faire, je n’avais pas de réponse.

« Déjà je te propose qu’on se tire et vite d’ici. On peut aller chez moi si tu veux, ce sera peut-être plus sur que rester exposés ici. Je ne sais pas ce qu’il voulait, mais ça ne sent pas très bon. »

J’essaie de relativiser, de prendre les choses en main, mais au fond, comme tout le monde, j’étais terrifié.

_________________
Sasha Cobb
We are young, we are strong, we're not looking for where we belong. We're  not cool, we are free, and we're running with blood on our knees. Mika
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Just Tell Me Who Iam


Messages : 79
Dollars : 31
Featuring : Xavier Dolan
DC : Eric D. Altman L.
Samuel Steevenson
Maira S. Muños
Hayley Kent
Vincent F. Eckon

Who I am : Me Myself & My Brothers
The people around me : Bokura Wo Nosete
Date d'inscription : 17/02/2015
Localisation : Miami


MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Lun 16 Mar - 17:09

Feu d'Artifice de la Saint-valentin
Interactions: Alayna, Nicholas,Logan. Mention: Sasha, Eden.
Tenue de James
Saleté de tempête et cette satanée vitre qui a pétée, forcément il a fallu que je me trouve juste à côté bien entendu, des morceaux de verre dans le bras, Jewel McCoy blessée à la cuisse. Sur le moment je n'y pensais pas vraiment, mes pensées étaient tournées vers mes frères, vers Logan qui était en train de faire une crise d'épilepsie quelque part dans vieux gymnase. Ce n'est qu'après coup que je me suis rendu compte que ce n'était aussi insignifiant que ça et que c'était même plutôt handicapant. Devoir constamment avoir le bras gauche en écharpe et grimacer de douleur à chaque fois que je voulais bouger ce dernier. J'étudie l'art et je suis aussi professeur de dessin, pour tout ce qui est théorie ça allait encore, mais pour le dessin en lui-même et la peinture c'était plus que gênant. Mais le plus dur je pense que c'est pour dormir, ça demande une certaine discipline, se forcer à dormir sur un côté précis, le bras contre la poitrine et surtout, ne surtout pas bouger, les premiers jours ça a été très difficile, heureusement Logan était là, sans lui je crois que je m'en serai pas sorti, il vérifiait toujours si j'allais bien, si mon bras ne me faisait pas mal, il proposait de m'aider et c'était vraiment gentil de sa part. De mon côté je veillais aussi sur lui, apprendre qu'il était sujet à des crises d'épilepsie ne me rassurait pas du tout, depuis peu j'ai découvert qu'il m'étais insupportable qu'il lui arrive quelque chose, seulement je ne comprenais pas pourquoi soudainement je voulais que Logan aille bien, tout le temps, je ne comprenais et ça me prenais la tête modèle géant, j'étais un peu paumé dans ma tête depuis cette tempête.

Ce matin n'échappe pas à la règle, mon bras m'élance parce que je me suis retourné dans la nuit, parce que je suis tout bonnement incapable de ne pas bouger la nuit. Doucement je me tourne sur le dos pour éviter de faire souffrir encore plus mon bras endolori, j'attends, j'attends juste que ça passe.  De mon bras valide je saisis mon portable : 14 février, 12:00 pm. J'ai encore dormi trop longtemps et en plus c'est la Saint Valentin, tu parles d'une réjouissance, je ne sais même pas ce que c'est être amoureux alors bon. « Ah oui tu es sûr que tu ne sais pas ce que c'est ? » Ta gueule ma conscience c'est vraiment pas le moment de se la ramener ! La Saint Valentin, c'est un truc ultra commercial pour faire vendre des fleurs et des bonbons en forme de coeur, un jour où tout les amoureux se lèchent la pomme, faisant éclater leur joie de vivre à la gueule des autres, je t'en foutrais de la Saint Valentin moi, je suis à peine réveillé que je suis déjà énervé, pour ne pas changer…

Le café du midi m'aide un peu à y voir un peu plus clair, mon bras blessé est passé dans son écharpe, déjà que c'est pas pratique et c'est inesthétique au possible. Je ne suis pas un maniaque concernant mon apparence mais ça ne m'empêche pas d'être consciencieux sur ma façon de m'habiller, et de me coiffer, c'est très Cobb çà, on tient à notre tignasse, y toucher relève de l'hérésie. Bon bien sûr avec mon bras je galère à m'habiller mais j'endure en silence. Mon portable vibre sur la table. Un message de Logan, un sourire passe sur mon visage. Il est chez lui en ce moment, étrangement je n'aimais pas les jours où mon colocataire rentrait chez lui, ça faisait comme un vide qui m'était très désagréable. Il me proposait d'aller au feu d'artifice organisé pour la Saint Valentin le soir même. Pour foutre le bordel bien entendu, comme notre réputation le confirmait nous sommes deux fauteurs de troubles qui assumons totalement nos conneries. Et des conneries on en a fait quelques unes, ce soir il s'agira de jouer avec des pétards pour créer un peu la panique parmi tout ces couples gnan gnan et mielleux à souhait. Je répondais donc affirmativement et mon humeur semblait remonter au beau fixe à la perspective de faire exploser quelques petits pétards.

Pas habitué à me mettre sur mon trente-et-un je colle à mon style habituel, une chemise grise sobre, une chemise en jean, un jean un peu déchiré aux genoux et des converses. Je met aussi mes lunettes que je quitte que très rarement. Quelques heures me séparent désormais du feu d'artifice, quelques heures que je consacre à mes cours préparant les prochains sujets d'étude pour mes élèves, j'allais aborder l'abstrait avec eux et j'avais conscience que j'allais en perdre la moitié en faisant çà, tant pis, pour moi c'est très important qu'ils l'aborde. Je suis pas sadique je les noterai pas là-dessus, mon but est pas de leur faire foirer leur année mais c'est important qu'ils aient quelques notions dans tout les domaines touchant au dessin ou à la peinture.

Une fois l'heure arrivée, j'enfilais ma veste en grimaçant quand il me faut passer mon bras gauche dans la manche et de le remettre dans son écharpe. Vivement que ça soit guérit je supporte plus ce machin. Trop de monde dans les rues, trop de monde à la plage, ça me saoule surtout que je dois faire gaffe à mon bras et çà me saoule. Sur le chemin je croise une de mes élèves en dessin, Alayna Keane, on aime bien se vanner mais au final on s'entend bien, elle est accompagnée d'un jeune garçon que je ne connais pas, en tout cas ils sont mignons tout les deux, ça me fait sourire, fidèle à son habitude Alayna me sort une petite réplique bien piquante qui me fait rigoler. Je sais qu'elle ne pense pas à mal. « Et bah même pas Keane, ma coiffure doit faire peur à tout le monde comme tu dis, mais arrête donc un peu avec mes cheveux, un jour je vais vraiment me coiffer sinon » dis-je en rigolant. « Allez bonne soirée à vous. » dis-je avant de repartir, un sourire aux lèvres. Sourire qui s'élargit en voyant mon petit frère avec jewel McCoy, il a l'air heureux et du coup çà me fait plaisir, je préfère le voir comme çà que comme il y a quelques semaines.

La mission maintenant était de trouver Logan sans péter un câble à cause du monde. Mon portable vibre une nouvelle fois, Logan qui me fixe un point de rendez vous, que j'atteins un bon quart d'heure plus tard. Logan est là et il est équipé pour mettre le boxon là dedans. « Hey mec ! Désolé pour le retard c'est l'enfer pour bouger ici ! » Je souris. « Prêt ? » Et nous étions partis pour faire nos conneries. Chacun armés de petits pétards nous nous amusions à les balancer aux pieds des gens, faisant peur aux couples présents sur place. « Ah ben ils ont l'air moins ravis les cupidons. Ça devenait trop fleur bleue à mon goût, tu trouves pas ? » dis-je en rigolant en balançant un dernier pétard. « Ahah bonne Saint Valentin ! » Pour ma part je suis hilare, oubliée la douleur au bras, ne compte que ce bon moment passé avec mon pote. Malheureusement, la joie est de courte durée parce qu'un discours commence, l'adjoint au maire qui se lance dans une longue litanie. « Je sais pas ce qui est pire entre la Saint Valentin ou le discours... » Puis tout bascule, une pause dans le discours, une tâche rouge qui s'étend sur la chemise de l'adjoint au maire, des hommes cagoulés qui encerclent la foule en tirant en l'air, l'adjoint s'écroule, des cris, la panique. Ce qui vient de se passer devant nos yeux est d'une violence telle, que j'en reste scotché d'horreur, ma main inconsciemment trouve celle de Logan. Je tremble, j'ai peur même. Les individus cagoulés s'enfuient alors que la police débarque. Moi je ne sais pas quoi faire, je pense à mes proche, Eden, Sasha que j'ai vu sur la plage, allait-il bien. Je tremble toujours, je suis mort de trouille, je ne veux pas montrer cette image de moi à Logan mais je n'y arrive pas. « Lo...Logan ? Faut qu'on bouge je pense… je… j'ai peur là mec, vraiment très peur. » Je me tourne vers lui, je remarque que je tiens toujours sa main dans la mienne, j'ai peur qu'il trouve ça étrange alors je la lâche. « S'il te plait… retrouver Sasha et bouger. » J'ai l'air paniqué je sais, mais je n'ai jamais connu une situation comme çà, c'est tellement brutal que c'est impossible de contrôler sa réaction. Et puis cette prédiction de dévoiler tout nos secrets, qu'est ce que cette personne savait de nous ? De quoi était-elle capable ? A voir ce qu'il venait de se passer, on dirait qu'elle était capable d'aller jusqu'aux extrémités.  
electric bird.

_________________
J
A
M
E
S
L
O
G
A
N
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 19
Dollars : 19
Featuring : Natalia Vodianova
DC : Pas encore ici
Date d'inscription : 18/02/2015

ID Card
Études/Boulot: L1 de Droit
Statut Social: Middle Class
Quartier/Adresse: 160th Atlantic Shores Drive / Coconut Grove


MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Mar 17 Mar - 19:16


Feu d'artifice de la Saint Valentin





Interaction : Ilyès

J’étais contente lorsque j’avais rencontré Ilyès, cela faisait plusieurs mois que l’on ne s’était as vu puisqu’il était partie en Italie. Aucun de nous ne savait si l’autre était accompagné, mais après avoir un peu parlé, je me rendis compte que l’on était, tous les deux, seuls ce soir, Ilyès me proposa alors d’aller boire un coup ensemble, chose que j’acceptais, mais avant que l’on ait eu le temps de se rendre dans un bar, que le discours de l’adjoint du maire commença, annonçant ainsi le début d feu d’artifice dans peu de temps et nous étions tous venu pour le voir, il aurait été idiot de le manquer, car on se trouvait à l’intérieur. Je proposais donc à Ilyès que l’on remette notre verre à après le feu d’artifice. Il me répondit que ça ne le dérangeait pas et que comme ça on pourrait discuter le reste de la soirée, que l’on avait des choses à se raconter. Oh oui, nous avions sûrement vécu tous els deux pas mal de choses durant ces quelques mois d’éloignement et je ne comptais pas mentir à Ilyès u lui cacher des choses, il était mon ami et je savais que je pouvais lui faire confiance pour lui raconter des choses que je n’osais pas dire aux autres. Après tous, on était passé par beaucoup de relations différentes tous les deux, ce qui nous avait peut-être beaucoup rapprochés, en tout cas, c’est le sentiment que j’avais, mais j’ignorais si c’était partagé.

Enfin, nous nous étions donc rapprochés un peu de la foule qui se trouvait devant la scène à écouter l’adjoint du maire quand d’un coup ce dernier se stoppa dans ses mots avant qu’un mouvement de panique parte du devant de la scène jusqu’à nous, sans que de là où nous étions nous poussions vraiment voir ce qu’il se passait. Alors que les personnes dans la foule tentait de fuir, des hommes les en empêchèrent nous rassemblant tous au même endroit, nous menaçant en même temps avec des armes. Je repensais alors à la prise d’otage qu’il y avait eu au lycée il y a de cela un peu plus d’un an. J’écoutais le discours en étant totalement paniquée. Tellement que même Ilyès qui avait prit ma main n’arriva pas à me rassurer. Je serrais légèrement sa main tout en refermant mon autre main serrant mon poing à cause du stress. J’avais peur en écoutant cette personne qui affirmait connaitre tous nos secrets, je ne pouvais le nier. Et en même temps je ne pouvais qu’espérer que cette personne serait rapidement considérée comme la Voice comme quelqu’un de peu fiable, même si ceci était peu probable après toute cette mise en scène de sa part. Lorsque cette personne cachée qui utilisait les haut-parleurs eu terminée son discourt, les hommes armés tirèrent et l’idée qu’ils tirent en l’air ne me vint pas à l’esprit, je m’étais donc penchée en avant, lâchant la main d’Ilyès pour me "protéger" avec mes mains tout en laissant échapper un cri de peur. Depuis la prise d’otage j’étais encore plus apeurée par les armes, même si ici aux États-Unis c’était plutôt monnaie courante.

Alors que j’étais en train de paniquer, mon cerveau repensant à la prise d’otages et à tout ce qu’il s’était passé ce soir-là, les morts qu’il y avait eu et les blessés… Mais je fus ramenée à la réalité lorsque des mains se posèrent sur mon visage, me faisant sursauter. Je relevais alors mon visage et vit qu’il s’agissait d’Ilyès qui se tenait face à moi. Il tenta alors de me rassurer tout en me disant qu’il ne fallait pas rester ici. Je n’avais même pas la force de bouger pour acquiescer. Il finit par prendre ma main et se mit à me tirer derrière lui, ce qui eut pour effet de me réveiller et de me faire réagir. Je me mis donc à marcher derrière lui, le suivant difficilement à cause de toute cette foule de personnes qui tentaient aux aussi de fuir cet endroit qui comme nous ne voulaient sûrement qu’une chose partir et se mettre à l’abri. Je n’avais absolument aucune idée du temps qui passait et de la distance que l’on avait parcourue avec Ilyès. J’ignorais également le nom de la rue dans laquelle on se trouvait.

Il me demanda alors si j’allais bien, si je n’étais pas blessé. Je ne ressentais aucune douleur, je n’avais pas l’impression d’avoir été blessée à moins que ce soit l’adrénaline qui fasse que je n’avais pas mal… Non, je n’étais pas blessée, j’en étais sûre. Je secouais donc la tête négativement sans lâcher la main de mon ami. J’avais l’impression que si il me lâchait, j’allais m’effondrer à bout de force.

« Ça va… Je ne pense pas être blessée. Et toi ? »

Il fallait que je sourisse, au moins pour le rassurer et lui prouver que tout allait bien, mais je n’y arrivais pas, j’étais encore sous le choc de ce qu’il venait de se passer et pour le moment mon cerveau ne m’obéissait plus vraiment. Tout ce qu’il venait de se passer était à la fois très clair dans mon esprit et en même temps affreusement flou, c’était étrange et encore une fois ça me rappelait la prise d’otages suivi de la fusillade à Halloween… Sauf que cette fois, je n’avais pas fini avec une balle dans l’épaule et que cette fois-ci Trevor était à des milliers de Kilomètre de là. Heureusement qu’Ilyès était à mes côtés. Je serrais légèrement la main de mon protecteur avant de me tourner pour regarder là d’où nous venions. Un frisson me traversa avant que je tourne de nouveau mon regard vers Ilyès, je ne voulais pas rester là dehors en pleine rue à la merci de ce fou qui venait de menacer toute la ville. Retourner à Wynwood serait trop long.

« Ilyès… Est-ce que l’on peut rentrer quelque part… ? Je n’ai pas envie de rester dehors… »
luckyred.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm The Bloody Teacher... Be Afraid !


Messages : 28
Dollars : 28
Featuring : Francisco Lachowski
DC : Eric D. Altman L.
Maira S. Muños
Hayley Kent
Vincent F. Eckon
James P. Cobb
Who I am : Iam The Bloody Teacher... Be Afraid !
The people around me : Bokura Wo Nosete
Date d'inscription : 17/02/2015
Localisation : Miami


MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Mer 18 Mar - 13:05

Feu d'Artifice de la Saint-Valentin
Interactions: Olivia, Meven. Mentions: Li, Cameron, Adan.
Tenue de Sam
Cette soirée a commencé par un petit tour que Olivia et Li nous ont joué à Meven et moi. Instruction simple, elles avaient besoin de quelque chose dans un magasin dans le centre-ville. Je ne connaissais pas le magasin mais j’acquiesçais néanmoins et je partais avec Meven à la recherche du fameux magasin. C'est un peu là que tout s'est compliqué. Parce qu'on l'a cherché ce magasin, Oliva et Li étaient restées assez vagues sur l'adresse mais nous avions une idée précise de où ça se trouvait. On a commencé à avoir des doutes quand on eut fait le tour du quartier trois fois sans rien trouver et quand on a demandé des renseignements aux gens ils ont eu l'air de nous prendre pour deux fous. Alors une idée à germé, est ce que par hasard les filles ne nous avaient pas données de fausses indications pour nous mettre en dehors de l'appartement une heure ou deux ? Si c'était le cas, c'était bien joué on n'y avait vu que du feu. « Dis moi Meven, corriges moi si je me trompe, mais on se serait pas fait royalement baladés là ? » Visiblement il partageait mon avis. « C'est plus une ballade là c'est presque un city trip » Je souris. « Un peu ouai, bon je pense qu'on peut rentrer maintenant non ? Ça fait deux heures qu'on est partis. »

Et nous sommes rentrés, pas énervés, plutôt amusés même de voir avec quelle facilité on s'étaient fait rouler dans la farine. Les filles avaient préparé un vrai festin pour la soirée. Le repas se passa très bien et il était bientôt venu le temps pour nous de nous rendre au feu d'artifice organisé par la ville. Je suis pas vraiment un grand fan de ces rassemblements, généralement j'aime bien qu'on me laisse tranquille dans un silence assez relatif mais là j'étais content d'y aller avec Olivia. Alors que je suis assis sur le canapé du salon à regarder sur mon appareil, les photographies prisent pendant notre voyage de Noël au Vietnam, ces deux semaines seul avec Olly avait été parfaites. L'année dernière avait été assez complexe, quand Olivia est revenue de ses voyages je me suis rendu compte des sentiments que j'éprouvais pour mon amie d'enfance, à quel point j'étais jaloux quand un garçon l'approchait. Ma déclaration avait été plus que chaotique, fou de jalousie j'avais mis mon appartement sans dessus dessous avant de tout avouer à Olivia, tout ce que je ressentais pour elle. Il a fallu quelques temps pour que tout se mette en place entre nous, notre amitié comptant plus que tout à nos yeux à tout les deux. Cela faisait six mois maintenant que Olivia et moi sommes ensemble et je ne regrette aucune minute passée à ses côtés, depuis qu'elle était revenue et même avant je suppose, je sais qu'elle est la femme de ma vie, je ne supporterai pas de la perdre, vraiment pas. Les images du Vietnam défilent sous mes yeux, passer noël dans la Baie d'Ha-Long avait été quelque chose de dépaysant et d'unique. Soudain je sens deux bras passer autour de ma taille, je souris et tourne la tête vers Olivia. « Ouai c'est parti, enfin si cette fois ci le lieu existe bien hein » dis-je en plaisantant sur la farce que Li et elle nous avaient jouée cet après-midi, avant de l'embrasser doucement.

Main dans la main, nous n'avions fait que quelques pas dans la rue quand Olivia s'arrête subitement pour me dire que le matin-même elle avait eu un flyer qui pourrait m'intéresser, curieux j'attendais de voir ledit flyer. Quand le vis je ne pu pas m'empêcher d'exploser de rire, un flyer sur un concours de paella. Récemment Olivia était venue à la maison dîner j'avais préparé une énorme paella, je souris en repensant à cette soirée qui était définitivement un très bon souvenir. « Ha je dois avouer que c'est pas mal comme coup ! Ceci dit je devrai peut-être m'inscrire je gagnerai sûrement, il paraît que je cuisine très bien la paella. » dis-je d'un air sûr de moi. Je répondis au baiser qu'elle me donnait avant de reprendre sa main et d'aller en direction de la plage où se tenait le feu d'artifice de la Saint-Valentin.

Manque de chance nous arrivons en plein milieu du discours d'un politicien dont je reconnaissais vaguement la tête, je n'écoute pas ce qu'il dit, ça ne m'intéresse pas, la politique me fais penser à mon père lui qui fréquente toutes ces personnes et ça m'énerve, depuis quelques temps j'évitais les repas de famille mais je me doutais bien que ça n'allait pas durer et qu'un de ces jours j'allais être convoqué à la maison familiale pour un de ces interminables repas quoi généralement se finissent quand, excédé je décide de me barrer de la table et de claquer la porte de chez mes parents en plein milieu du plat de résistance. Alors oui je n'écoute que d'une oreille ce politicien déblatérer à quel point la ville de Miami est belle et que la politique que la mairie entreprend est bien. « Je sais pas combien de temps il compte parler comme çà mais il a intérêt à se grouiller... » Il en faut peu pour m'énerver et le discours de ce bonhomme commençait à me porter sur les nerfs, j'étais venu pour voir un feu d'artifice pas pour écouter la litanie d'un politicien. Soudain je sens les bras d'Olivia venir autour de ma taille, je passe un bras autour de ses épaules en souriant, puis j’aperçois ce mec qui a les yeux fixés sur elle, un de mes élèves de français, à côté d'Adan avec qui j’entretenais des rapports plus que conflictuels, je lançais un regard noir à ce garçon qui fixait Olivia avant de détourner mon attention de lui, je n'allais pas lui faire le plaisir de m'emporter devant tout le monde.

Soudain l'homme politique se stoppe en plein discours, comme si un trou de mémoire vient le frapper d'un seul coup, du moins c'est ce que tout le monde pense au début, puis il y a cette tâche rouge qui s'élargit sur sa chemise, et tout le monde comprend ce qui vient de se passer. L'horreur frappe le monde rassemblé sur cette plage alors que le politicien tombe sur la scène. Il vient de se faire tirer dessus et la panique s'empare de tout le monde, alors que des homme cagoulés et armés encerclent la foule. Une personne commence à déblatérer des menaces concernant les secrets des habitants de Miami. Je resserre mon étreinte autour d'Olivia cherchant à tout prix à la protéger, je ne veux pas qu'il lui arrive quelque chose. J'ai peur mais je dois me montrer fort, ne pas flancher alors que suis absolument tétanisé. La voix de Olivia me fait sortir de mes pensées. « Non je pense qu'il vaut mieux pas rester ici. Ils ont dit qu'ils venaient ici non ? On va les chercher avant de rentrer ? » Toujours paniqué je sortais mon téléphone pour envoyer un message à Meven et à Li pour savoir si ils étaient saufs et à la plage. Gardant mon bras autour des épaules de Olivia je me mis à chercher dans la foule où pouvaient être nos amis. « Oui allez on bouge, il faut qu'on les retrouve... »
electric bird.

_________________
Samoli
Je reste enfermé chez moi et je ne sors pas. J'attends comme la fin du monde et je ne sais pas. Combien de temps ça prendra mais je ne l'oublie pas. Parfois la nuit on s'ennuie et ca ne plait pas. Non ca ne vous plait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Disponibilité pour RP : OK /
Messages : 42
Dollars : 68
Featuring : Cameron Dallas
DC : Arwen
Alayna
Ilyès
Who I am : Le roi
The people around me : et ses sujets
Age : 22
Date d'inscription : 17/02/2015
Localisation : En train de faire une connerie

ID Card
Études/Boulot: Fac de management
Statut Social: Riche
Quartier/Adresse:


MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Mer 18 Mar - 23:09

Honnêtement, je m'en branle de la date du jour, tout ce que je vois moi c'est : ooooh, une occasion de foutre le bordel. Mais pas tout seul. Ça non, jamais je ne me la jouerais égoïste quand il s'agit de remuer un peu le monde. C'est toujours la même personne, en plus, c'est toujours James. Ma mère, je crois, aurait bien voulu regarder un film avec moi ce soir, puisqu'elle me le propose, mais j'ai déjà quelque chose de prévu, et ça me fait un peu de la peine pour elle. Pas parce qu'elle ne peut pas fêter la st Valentin, mon père étant absent, mais plutôt parce qu'elle va être seule et que je suis proche d'elle. Je n'aime pas lui faire faux-bond. Sauf que je n'ai pas encore vu James aujourd'hui, je suis parti tôt de la chambre ce matin, alors tant pis maman, mais ce soir, ça sera lui. Si je devais lui présenter les choses sous cet angle, pour sûr, elle rirait de moi. Au lieu de ça, elle est juste un peu suspicieuse, je la « rassure », ou plutôt je rejette son sous-entendu, et je vais me préparer. Je sais paraître bien, mais pour un simple feu où je vais lancer des pétards dans les pattes des autres une tenue simple suffira. Une fois prêt, je file sans oublier de dire au revoir à ma génitrice, et je me retrouve rapidement sur le lieux de notre futur crime. Perdu dans cette foule, j'envoie un message à James pour qu'on se retrouve. Je me mets sur la pointe des pieds et je dépasse la foule, puisque je suis grand, mais lui est plus petit, donc moins facile à repérer. Heureusement, il finit quand même par arriver et un sourire fleurit sur mon visage.

- Ah, j'ai cru que tu t'étais perdu ! Ou que t'avais pas réussi à t'habiller sans moi…

Je le charrie juste. A vrai dire, depuis la tempête, nous sommes encore plus proches, lui et moi. Il a été blessé et je ne supporte pas de le voir souffrir. Pourquoi lui et pas quelqu'un d'autre ? Ou même moi ? Je l'aide donc autant que je peux dans la vie de tous les jours, mais n'étant pas là depuis ce matin, je n'ai pas pu faire grand-chose. Je sais qu'il peut se débrouiller sans moi, pas de problème, mais j'aime bien l'embêter quand même.

- Plus que prêt ! Tiens, je te file un peu de matos.

Effectivement, c'est moi qui ai tout acheté. Je ne lui en colle pas trop, puisqu'il n'a qu'un seul bras. Juste de quoi pouvoir s'amuser un peu, et dès qu'il en aura besoin, je lui filerai d'autre pétards. Ce n'était pas compliqué au final, il suffisait de balancer les petits objets au sol, devant les pieds des passants, et d'attendre qu'ils marquent dessus en sursautant. Les gamins, c'est encore mieux, parce qu'ils crient dans tous les sens. Les adultes pestent un peu, mais dans cette foule, difficile de savoir que c'est nous. Sauf si on nous regarde, on a les visages des parfaits coupables hilares.

- Eh ouais, ils ont l'air d'aimer notre surprise. Alalaha, c'est la première année que j'aime la St planplantin je crois !

Ça me fait du bien de voir James rire autant, lui qui grimace plutôt à cause de la douleur ces derniers temps. On se faufile un peu partout, mais une fois que nous n'avons plus de munitions, nous nous arrêtons un peu pour nous reposer. En fait, j'ai une autre surprise pour James dans mon sac, un « vrai » feu d'artifice. Un petit truc qu'on lance en l'air et qui explose en faisait de la lumière, comme les feux qui vont être tirés. C'est de ça que ma mère a peur, que ça nous explose au visage et qu'on soit définitivement défigurés. Je suis trop beau pour ça, qu'elle ne s'inquiète pas. Dans un moment de calme, nous entendons qu'un discours commence devant nous. C'est l'adjoint au maire, qui essaie de nous endormir, avec son sourire là. Je me penche vers James.

- Pour moi, c'est lui le pire. Tu sais que ma mère lui a déjà fait un costume ? Ce gros porc a pas arrêté de la mater. Je lui aurais bien collé ma main dans sa tronche pour lui casser quelques dents.

Bon, je sais que ma mère trompe mon père et que mon père trompe ma mère. Mais comme ils se sont mis d'accord pour ça, ça ne compte pas. Seulement, ceux qui ont le droit de toucher mes parents, et surtout ma mère, doivent le mériter. Lui, clairement, il n'a aucun mérite. Il ne faut que quelques minutes avant que je ne regrette mes paroles, moi qui ne regrette jamais ce que je dis ou fais. En effet, avant qu'il ne finisse son discours de merde, il s'arrête. Je crois qu'on est tous un peu pareil et qu'on met tous du temps à se rendre compte de ce qu'il se passe. Mais voilà, c'est réel : on vient de buter ce type sous nos yeux innocents. Il s'écroule, et notre raison en même temps. Les gens veulent s'échapper, et j'aurais fait pareil si je n'avais pas senti la main de James se resserrer sur la mienne. On ne peut même pas s'enfuir, des hommes cagoulés nous en empêchent. Ils sont armés, et face à eux, je me sens vulnérable. Je n'aime pas ça. Pour éviter de paniquer total, je préfère regarder mon camarade, qui lui ne se prive pas pour montrer sa peur. Les hommes en noir finissent par tirer et s'en aller. Est-ce qu'ils ont blessé quelqu'un d'autre ? Je ne sais pas mais j'ai encore en tête la voix modifiée et les menaces du fou qui a organisé tout ça. Je suis tellement tétanisé que je n'arrive même pas à réfléchir jusqu'à ce que sa voix ne me sorte de là. Sa détresse me fait mal, vraiment très mal.
Je ne sais pas vraiment comment réagir, mais je sais une chose. Il ne faut pas que je montre ma faiblesse, ma peur. Un instant, mes yeux se perdent dans les siens, alors que je tente de rassembler tout le courage donc je fais preuve. Je ferme ma bouche, qui s'était ouverte sous le choc, et prends un visage sérieux.

- T'en fais pas, ils sont partis. Ça va aller. On va bouger, d'accord ? On reste pas là, n’aie pas peur, on va rentrer.

J'essaie d'avoir une voix douce, mais au fond, j'ai l'impression qu'on entend qu'une seule chose : la trouille que j'ai. Je suis mort de peur. Alors que je vais serrer sa main un peu plus fort pour le rassurer, il la lâche tout simplement. Je me surprends à trouver ça désagréable, mais j'oublie rapidement, pressé par la situation. Il veut retrouver son frère, je le comprends. Enfin, je n'ai pas de frère, il est ce qui s'en rapproche le plus, et si j'étais dans cette foule loin de lui, je ferais tout pour le trouver. Au moins un de ses frères est dans le coin, alors nous allons le trouver. Moi aussi je l'apprécie d'ailleurs, même si moins que James qui est mon colocataire. Je me mets alors en quête de trouver la tignasse de Sasha dans le lot, essayant de me souvenir vers quel endroit je l'ai aperçu. Je ne sais pas comment faire pour m'assurer que mon pote me suive bien et qu'il ne lui arrive rien, aussi je tourne la tête toutes les 2 secondes pour vérifier qu'il est derrière moi, au point de ne même pas faire attention à où je mets les pieds. Il nous faut quelques instants avant de trouver le jeune homme qu'on chercher, mais il est bien là et il a l'air d'aller plutôt bien.

James va immédiatement le voir pour vérifier qu'il n'a rien et Jewel non plus. Je suis un peu en retrait, même si je les connais, je suis beaucoup moins proche d'eux. Parfois, je les envie un peu, les trois Cobb sont très soudés, surtout James et Sasha. Moi, je n'ai personne pour s'inquiéter pour moi dans ces moments-là, à part ma mère. Et sur ce point, c'est sans doute lui qui doit m'envier. Sasha assure que ça va, même s'il est aussi choqué que nous, sa demoiselle également. Comme nous, il compte rentrer rapidement et ne pas rester ici, ce qui rassure un peu son frère. Nous, il vaut mieux ne pas rester comme ça, cibles parfaites pour ce cinglé. Tout le monde au bercail et pas de risque à prendre.

Une fois que nous sommes assurés que tout va bien pour Sasha, il est temps de rentrer, mais je vois que James a toujours peur, ce qui est normal. Je suis choqué aussi. Tellement que je n'arrive pas à me rendre compte, comme si ça ne s'était jamais produit. Au final, j'ai tellement peur que je ne parviens pas à le ressentir, sinon ça me submergerait. J'ai besoin de rassurer James, mais en même temps aussi moi. Je suis fort, je ne dois pas montrer de faille. Je prends d'une main le menton de James pour que nos yeux se croisent.

- James, regarde-moi. On va rentrer chez moi, d'accord ? La maison est sécurisée, ya des gardes postés et ya ma mère. On risque rien, on sera plus à l'abri qu'à la chambre. Tu me suis ?

Je ne lui laisse pas vraiment le choix, en fait. On sera beaucoup mieux là-bas, et je pourrais m'assurer que ma mère va bien. On a largement de quoi l'accueillir et franchement, ça me rassure. Je vais pouvoir veiller sur lui, quitte à ne pas dormir, c'est tout ce dont j'ai envie. Je lâche son visage pour attraper son poignet valide, n'osant pas prendre la main qu'il a reprise un peu plus tôt. Ça fait peut-être un peu étrange, mais c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour ne pas le perdre dans la foule. Et peut-être qu'égoïstement, j'ai besoin de ce contact aussi entre lui et moi. Mes parents n'habitent pas très loin à pied, c'est parfait. Le trajet se fait en silence, je ne saurais quoi dire. Je n'entends que mon cœur, qui bat comme un dératé, à cause du meurtre je suppose. Quand enfin j'arrive devant la villa, je soupire de soulagement. Il a dit qu'on ne serait à l'abri nulle part, et pourtant, à cet instant, je m'y sens. J'entre le code du portail et me faufile dans le chemin qui mène à la grande porte. Il y a de la lumière dans la cuisine, ma mère ne dort pas, et elle vient même nous ouvrir, surprise de voir que quelqu'un était entré sans effraction.

- Logan ?! Qu'est-ce que tu…
- L'adjoint au maire a été… assassiné sur la plage. On peut dormir ici ?

Au ton de ma voix, elle comprend que ce n'est pas le temps des questions. Elle jette quand même un coup d’œil à James et nous laisse entrer. J'aime ma mère, mais là, pour le moment, je n'ai pas envie qu'elle vienne nous embêter, alors je monte directement à l'étage où se trouve ma chambre. Elle est grande, spacieuse, moderne, et elle n'attendait que mon retour. C'est la première fois que je ramène quelqu'un sans le but de passer une nuit mouvementée. Je finis par lâcher mon ami. Je ne me sens pas bien, j'ai la tête qui tourne. Nous ne sommes plus là-bas, mais je revois ce corps qui tombe. Je revois la panique et les gens en noir. C'est là que je me mets à trembler, moi qui ai montré pourtant un masque de fer jusque-là. Je n'arrive pas à y croire. Pourtant, certains de mes gestes trahissent mon angoisse non montrée, comme le fait de ne pas allumer la lumière, comme si elle pouvait nous faire repérer, ou d'assassiner le dos de ma main en la grattant. Je suis paumé, je ne sais pas quoi faire et je ne réfléchis pas. Je braque de grands yeux en détresse vers James et lui parle d'une toute petite voix.

- S'il te plaît… dors ici…

Je ne parlais pas de la villa, mais bien de mon lit. Ça me rassure de l'avoir, d'avoir une autre âme dans la pièce, surtout celle de James. Je ne veux pas qu'il s'en aille, je veux pouvoir vérifier chaque minute qu'il va bien. Au final, je suis comme un robot. Je me prépare, me glisse sous ma couette, m'empêche de réfléchir, je ne sais pas ce que je fais ni ce que James fait. L'important, c'est qu'il soit là, et il est là. Je suis comme un animal blessé qu'il faut rassurer avant de pouvoir approcher pour le soigner. Alors que je pensais que je ne fermerais pas l’œil de la nuit, je m'endors en un temps record. Le choc m'a vraiment assommé. Ou peut-être que je me sens tout simplement un peu mieux.

_________________
Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
Love is composed of a single soul inhabiting two bodies.

Logan parle en mediumpurple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité




Invité
MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Ven 27 Mar - 22:24

[Interaction : Ollie, Héra, Porter] [Mention : Urban.]

Je suis mal, pensait-il, je suis dans la merde. Je suis VRAIMENT dans la MERDE.
 
Voilà ce qu’il pense… parce que c’est la vérité, la pure vérité. Ou peut-être pas. Parce qu’il n’est pas le seul « jeune homme pauvre. ». Il n’est pas le seul à avoir un frère. Ces pensées l’accablent si brusquement qu’il ne réalise pas vraiment qu’il saisit Héra par la main pour ne pas la perdre. Les hommes qui ont levé les armes sur les habitants les poussent jusqu’à l’estrade. Mais cela, il choisit de le dissimuler bien au fond dans sa petite tête. Parce que ce n’est pas le moment. Ce n’est pas du tout le moment. Puis… ce n’est pas comme s’il… était vraiment menacé. Détournant la tête, il avait choisi de fixer ses pieds et de penser à d’autres choses. Mais cette horrible voix lui rappelait combien il était inutile de courir : son ombre le suivrait partout. Et cette ombre portait un nom. Zacchary. Il serait là à chaque instant, chaque minute. Un rien dans une immense rue bondée lui faisait penser à lui. La moindre silhouette dans la rue lui murmurait que peut-être, c’était lui. Hanté, voilà. Il se sentait hanté. Et l’autre… là… qui ne cessait de parler et de remuer les secrets des gens.
Il lui semble qu’il reste debout des heures et des heures, attendant que l’ombre de Miami ne cesse de parler. Horrible voix…
Dans le mouvement de foule, son autre main avait attrapé celle d’Ollie. Le gamin se tenait tranquille, heureusement… Serrant fort – mais pas trop – il se rassurant en sentant son pouls. Quant à Héra, elle… il n’osa pas remonter les yeux vers elle, préférant fixer le sol, pour ne voir personne. A présent, il avait l’intime inquiétude qu’une partie de sa vie était marquée sur son front. Ridicule, certes. Mais angoissant…
Cela s’acheva… mais…
Un coup d’œil à droite… merde. Il se tourna vers Héra.
 
« Il est où Kyle ? » Elle ne put répondre. Il se tourna vers Ollie, mais quand il vit que la petite main qu’il tenait était celle d’une gamine de 14 ans… « Ollie… où il est… ? Où Il est ? » Les flics s’étaient barrés, mais il ne l’avait pas remarqué. Ses yeux se promenaient dans la foule, à la recherche de Kyle et d’Ollie. Dans le mouvement, il n’avait pas lacher la main d’Héra. « Ils sont où… ! Ils sont où putain ! Ils sont où Bordel… ! » Héra était là. Tant mieux. Il jeta un coup d’œil derrière lui. Etait-ce elle ? Oui c’était bien elle. Il se rendit compte qu’il l’a trainait. Il s’arrêta. Trop de choses dans sa tête. Trop de choses. Les armes… il y avait eu un mort… le bruit d’un coup de feu, non ! N’y pense pas ! « Ils sont où… » Mais déjà, un attroupement attira son attention. Quelqu’un était tombé… quelqu’un était… habillé en noir de la tête au pied. Il attrapa la main d’Héra et se rapprocha, en bousculant les gens sans faire attention. « Putain Kyle ! » Sans réfléchir il le secoua un peu. Mais déjà il regarda de plus prêt… et fut soulagé. Pas de balles, pas de mort. Il est vivant. Il se releva et laissa Héra avec lui sans lui laisser le temps de parler « Je vais chercher Ollie ! »
 
La foule, trop compacte, l’empêchait de le voir. Où tu es… Où est tu Ollie… Paniqué, il  attrapa son portable en tremblant et tenta de l’appeler. Messagerie Vocale. Le message qu’il lui laissa témoigna d’une grande inquiétude. Sa voix tremblait. « Ollie si tu entends ce message, RESTE. Où. Tu. Es ! ». Il raccrocha… et chercha encore. Les gens couraient, affolées, certains appelaient leurs proches, les rumeurs allaient bon train. Et comment, voilà que la voix de Wynwood voyait les choses en grand ! Miami entière hein. Salope… si je t’attrape, je te fais la peau sale pute.
Il chercha encore… mais non, rien à faire, il ne le trouvait pas. La respiration sifflante, il s’arrêta de se déplacer et tenta de se calmer, les mains sur les tempes. Tremblantes. Il lui semblait revenir deux années en arrière, mais ces souvenirs, trop lourds,… ce n’était pas vraiment le moment… ce n’était PAS le moment ! Ollie est perdu dans cette putain de foule et…
 
… peut-être que quelqu’un d’autre l’a retrouvé. Quelqu’un avec de vilaines arrières-pensées. Qu’en penses tu ?
 
Saloperie.
 
Heureusement que tu ne bosses pas dans une crèche ! T’imagine le nombre de gosses à qui tu causerais la perte ?
 
La ferme… Oui la ferme… parce qu’à présent, il n’y a qu’une chose qui compte. Une seule. Le gamin. Juste ça… et malgré les quelques pas qu’il fit, il imagina le pire, comme la dernière fois. Imaginer le pire, cela lui arrivait un peu trop ces derniers temps.
 
« PUTAIN OLLIE, T’ES OU BORDEL DE MERDE ! »
 
C’était sorti. Comme une peur restée trop longtemps. Tremblant, il s’avança encore puis… il le vit.
Ses jambes coururent et ses bras le prirent immédiatement contre lui. Bordel, peut-on vraiment supporter un tel choc ? Il resta dix longues secondes comme ça.
Décidément, ce n’était pas une si bonne soirée que cette Saint-Valentin. Et le voyage ne s’annonçait guère mieux. Ho et sans compter Urban. Celui là, il ne loupera pas d’occasion pour tout balancer à Héra.
 

« Ne me fais plus une peur pareille Ollie… » Il se redressa et l’entraina vers le petit groupe. Silencieux. Il devrait arrêter de se mettre dans des états pareils. Oui vraiment… sa main ébouriffa brièvement les cheveux du gamin. Ils arrivèrent près du groupe. « Je l’ai retrouvé… pas d’inquiétude. Tout va bien Kyle ? »
 
… sa voix tremblait. Ses yeux ? Ils étaient sombres.
Il ressentit alors l’envie soudaine de s’en aller. Non vraiment. Se barrer d’ici, là tout de suite. Il attendit que Kyle émerge et échangea quelques paroles avec lui. « Tu veux que j’appelle Cassandre ? T’es sur que tu veux prendre le volant ? ». Non vraiment, il ne pouvait pas les laisser… trop déplacé. Bien trop. Patient – ou du moins, tentait-il de l’être – il attendit le bon moment pour déclarer qu’il devait rentrer. Le lendemain, dans la soirée, il allait enfin partir à Paris. Anesthésier la douleur ne l’a rendrait que plus forte à leur retour. Mais honnêtement, il en avait besoin.
Il resta parmi eux le reste de la soirée mais ne décrocha plus un mot.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Disponibilité pour RP : Oui
Messages : 18
Dollars : 18
Featuring : Clara Alonso
DC : Isobel W. McCoy
Leahna O. Montgomery
Jewel McCoy
Who I am : Shoot your life

Age : 22
Date d'inscription : 18/02/2015

ID Card
Études/Boulot: L2 journalisme
Statut Social: Etudiante
Quartier/Adresse: Coconut Groves


MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Lun 30 Mar - 19:46

Dans un appartement plus ou moins rangé de Coconut Grove, avec un fond musical dans la pièce principale qu'était le salon, Victoria était assise sur le sol, le dos appuyé contre son canapé et elle laissait la mine de son stylo glisser sur une feuille de papier. Elle essayait de reformuler ses phrases aux mieux, elle tentait de mettre en forme son brouillon pour pouvoir tout remettre au propre plus tard, mais son esprit divaguait un peu trop pour l'aider à se concentrer. La sonnerie de son portable attira son attention, mais encore fallait-il qu'elle mette la main dessus. Un pas après l'autre, elle enjamba sa pile de magazines d'art étalés par terre, en plein milieu de son salon, et se dirigea vers sa chambre. Plus elle s'en approchait, et plus la sonnerie s'amplifiait. Il était là, elle en était quasiment sûre. Finalement, elle le retrouva en-dessous d'une pile de bouquins pour ses cours, et lorsqu'elle voulu décrocher, son interlocuteur raccrocha. En voyant le numéro, elle comprit rapidement qu'il s'agissait du mannequinat et probablement encore un shooting à la dernière minute: elle ne prit pas la peine de rappeler. Ou du moins, ne pas rappeler son agent. Un flyer avec la soirée feu d'artifice se trouvait juste devant son nez et immédiatement, elle laissa ses doigts se balader sur l'écran de son portable, proposant une sortie "feu d'artifice" à Shane. Elle n'était pas certaine que le côté saint-Valentin mis en avant pour la soirée, soit réellement au goût du jeune individu, et en réalité, ça ne l'était pas non plus pour elle, mais ça restait une soirée qui pouvait être sympa, ou un moment de plus à passer avec ce garçon.

En attendant la réponse, elle se décida à ranger le bordel qu'elle appelait "pratique" puisqu'au moins, elle s'y retrouvait. Victoria n'était pas vraiment le genre de fille à se prendre la tête avec le ménage. Elle aspirait, elle ne laissait pas laisser trainer de la vaisselle, mais ses magazines, eux, restaient à leur place, tout comme ses livres ou encore les photos qu'elle prenait. Son portable vibra à nouveau avec la réponse du Sigma mu. Alors qu'il répondait à l'affirmative, elle adressa un sourire à l'écran de son téléphone et en voyant l'heure qui défilait, elle prit le chemin de sa salle de bain. Une douche rapide, elle attache ses cheveux en queue de cheval avec une simple couche de mascara. Elle opta pour un short noir et une blouse dans les tons beiges et une fois prête, elle quitta son appartement direction Little Haïti, sans même prendre la peine de ranger ses revues. Vic préféra ses deux jambes à la voiture, jusqu'à la station de métro. Appuyée contre un mur en attendant la rame qui la mènerait à l'une des dernières stations de la ligne, elle sorti ses écouteurs et se laissa bercer par la musique. Elle observait les gens présents sur ce quai et entre le vieux clodo qui empestait à 5 mètres à la ronde, la dame âgée qui tenait à peine sur ses jambes ou encore un groupe de jeunes qui matait toutes les filles qui passaient, elle se trouvait relativement normale. Alors qu'elle levait les yeux vers le panneau leur indiquant le temps restant jusqu'à l'arrivée du métro, elle finit par se lever et s'approcher non sans se faufiler entre les personnes présentes. Discrète et silencieuse, elle se fit à peine remarquer et donc, se trouva une place assez facilement. La dame âgée de tout à l'heure s'installa à son tour juste en face non sans un sourire. Victoria feint un sourire en retour et se replonga dans sa musique en attendant que le temps passe jusqu'à cette station où elle devait se rendre.

Little Haiti ou le quartier différent de celui dans lequel elle vivait. Si sa mère la savait là, elle la traiterait probablement de folle et si elle proposait à Nina de venir y faire un tour, elle lui dirait très certainement que ce n'était pas le genre d'endroit où elle devait passer son temps. C'est vrai que dans son état, c'était peut-être plus prudent, même si Victoria n'avait jamais rien vécu de grave ou traumatisant. Contrairement à sa cousine, elle mettait les préjugés de côté tout en se disant qu'on pouvait tout autant se faire agresser à Coral Gables qu'à Little Haiti. Peut-être avec moins de risque, mais quand même. De plus, Nina était championne pour se faire détester des personnes ne portant pas le statut de "riche". Elle savait par exemple qu'elle ne portait en aucun cas Shane dans son cœur et qu'évidemment, c'était réciproque. Elle n'en voulait ni à l'un ni à l'autre, tant qu'elle avait le droit de voir l'un ou l'autre sans devoir subir des critiques d'un côté comme de l'autre. Peter, son parrain, l'avait bien intégré, mais pour Nina, c'était encore compliqué et son nouveau statut d'avocate et future associée dans l'entreprise de son père n'arrangeaient rien. Heureusement, Vic arrivait à vivre dans l'espoir qu'un jour, elle comprendrait qu'il n'y avait bien qu'un seul monde et pas plusieurs petits en fonction des différentes classes sociales ou encore, mettrait de côté ses préjugés sur les confréries.

Après une bonne dizaine de minutes dans cette rame de métro, Victoria prit la direction de Bay Point Road et une fois devant le bâtiment où vivait Shane, elle s'y engouffra au même moment qu'une autre personne en sortait. Elle prit les escaliers jusqu'à l'étage où vivait Shane et sonna. Lorsque la porte s'ouvrit, elle lui adressa un sourire "Monsieur White est-il prêt à voir le meilleur feu d'artifice de sa vie?" En réalité, ça restait un simple feu d'artifice et qui plus est, était organisé spécialement pour la saint-Valentin. Vic conservait son sourire et optant pour explication remplie de sarcasme elle reprit "non mais attends c'est pas n'importe quel feu d'artifice, c'est un feu d'artifice spécial saint-Valentin, avec moi en plus. Tu verras, ça sera le meilleur de ta vie. En plus mon agent de shooting tuerait pour être à ta place !". Lorsqu'il fut prêt, ils reprirent le chemin qu'elle avait emprunté un quart d'heure plus tôt, dans le sens inverse. La nuit était tombée depuis un petit moment maintenant. Les gens prenaient la même direction qu'eux, probablement qu'ils allaient eux aussi admirer cet événement tant attendu. "T'avais rien de prévu, au moins? Je doute que ce soit ton genre, mais promis si c'est super nase on bouge ou tu bouges tout seul si t'en as marre de moi. C'est toi qui vois après." Sur la plage, du monde, du monde et encore du monde. Pas beaucoup de têtes connues pour la jeune Palmer, elle se contenta de balayer l'endroit du regard. "On se pose quelque part?" et puis, un homme s'empare du micro. Elle ne le connaissait pas et la politique à Miami comme à Seattle, elle s'en fichait pas mal. Les bras croisés, elle simulait une écoute attentive, jusqu'à ce qu'elle remarqua un buffet un peu plus loin. Victoria attrapa le bras de Shane pour le tirer jusque-là, non sans quitter son sourire. Elle pris une bière qu'elle tendit à Shane et s'en pris une également "j'espère que tu tiens bien l'alcool, parce que pas moi".

Cet homme un peu plus loin continuait son monologue qui devenait de plus en plus long. Victoria tourna furtivement la tête vers ce dernier au moment où le cri excessif d'une femme titilla sa curiosité. Dans un premier temps, elle en cherchait la provenance et puis, elle porta son attention sur cet homme qui s'était lui aussi stoppé dans son discours. La tache rouge sur sa chemise s'élargissait au fil des secondes qui s'écoulaient quand lui-même s'effondra sur l'estrade. La jeune fille se contenta de regarder les gens autour d'elle, comme pour s'assurer qu'elle n'était pas la seule à avoir vu ça ou encore pour trouver des réponses. Ce qu'il se passait là sortait tout droit d'un film, ou d'un cauchemar, lorsque des types cagoulés encerclèrent la foule petit à petit. Visiblement, la fête n'avait pas encore commencé, qu'elle était déjà terminée. Elle finit par se retourner vers Shane, incapable de dire quoi que ce soit ni même de réagir. Un homme prit la parole dans des hauts parleurs et Vic ne cessait de regarder autour d'elle en se demandant s'il y aurait une prochaine victime. Elle sentait son cœur s'accélérer dans sa poitrine et lorsque cet homme termina son discours, tout le monde s'éparpilla alors qu'elle ne savait pas comment réagir. Elle voulait un feu d'artifice qui sorte de l'ordinaire, c'était réussi, bien qu'ils ne l'aient pas vraiment vu. "Shane, on fait quoi?" Elle tentait tant bien que mal de garder son sans froid et d'éviter de courir partout, dans tous les sens et pourtant, sa seule envie était de partir et d'oublier qu'un homme venait d'être abattu sous ses yeux ou encore qu'un type inconnu venait de les mettre en garde sur ses prochaines intentions "Tu crois qu'il faut croire à ce qu'il raconte? C'est un vrai malade. Tu préfères pas qu'on… Bouge. Ailleurs?" .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I couldn't stop caring ~


Disponibilité pour RP : Quand vous voulez !
Messages : 43
Dollars : 37
Featuring : Ebba Zingmark
DC : Arwen
Logan
Ilyès
Who I am : Par là
The people around me : Par ici
Age : 22
Date d'inscription : 17/02/2015
Localisation : Dans mon atelier

ID Card
Études/Boulot: Junior
Statut Social: Middle Class
Quartier/Adresse: Atelier à Little Haiti


MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Mar 31 Mar - 19:07

- Bonne soirée Grincheux !

James s'éloigna et j'assurai à Nicholas qu'il n'était que mon prof de dessin. C'était vrai que je m'entendais bien avec lui, déjà parce que le dessin n'était qu'une option, et aussi parce qu'il était encore étudiant. Puis j'aimais ces cours. Ce n'étais pas mon art premier, mais il m'arrivait souvent de dessiner ce que j'allais sculpter ou simplement pour le plaisir de voir un petit truc apparaître et prendre vie sur une feuille sans âme. Une fois le jeune homme parti, je me reconcentrai sur ce qui m'intéressait vraiment.

Je n'aurais jamais pensé me retrouver ici pour ce jour, et en compagnie de Nicholas. Mais voilà, je n'avais pas pu m'empêcher de lui demander s'il était libre, et s'il voulait profiter du feu d'artifices avec moi. Après tout, même si c'était Miami, on n'avait d'occasion comme ça tous les jours. Alors j'avais décidé d'en profiter. Il vint me chercher à mon atelier et je ne pus me retenir de penser que je me sentais bien avec lui. Nous étions au buffet, d'ailleurs, quand une jeune fille et un garçon arrivèrent. Je ne les connaissais pas, mais visiblement mon ami si. Il me les présenta comme étant sa cousine et un super-héro, ce qui me fit sourire. Au fond, on était un peu tous le héro de quelqu'un, et je n'avais pas de mal à imaginer cet inconnu en héro de Nicholas. Ils ne restèrent pas longtemps et je restai de nouveau seule avec le jeune brun. Il me proposa de boire quelque chose et j'acceptai avec plaisir.

- Merci jeune homme !

Nous étions tous les deux pressés de voir ce feu, et encore mieux : de pouvoir poser des questions aux artificiers. Nous étions tous les deux curieux et nous aimions tous les deux découvrir les réponses à nos questions un peu farfelues. Farfelues mais jamais mal fondées, au final. Autour de nous, je voyais bien les gens être heureux. C'était la fête de l'amour après tout et même si je trouvais ce jour un peu débile, ça ne m'empêchait pas de passer un bon moment. Surtout, et je ne voulais pas me l'avouer, si c'était en compagnie de Nicholas. J'étais heureuse, je crois, à ce moment. A part que le discours avait tendance à m'énerver un peu, moi qui attendais avec impatience le début du spectacle. Qui n'allait jamais venir. A la place, ce fut la mort qui vint nous rejoindre pour cette soirée qui allait être inoubliable, et ce pas dans le bon sens du terme.
Quelqu'un venait vraiment de buter ce type devant les regards de tout le monde, sachant que ça allait engendrer panique et peur. Ou aucune réaction, pour certains. C'était un peu notre cas, à Nicholas et à moi. Dès que nous avions vu ce type tomber et que nous avions compris, nous n'avions pas pu esquisser le moindre geste. Nous étions sous le choc et je ne savais pas pour mon ami mais j'allais le rester un bon bout de temps. La plus grande différence entre ceux qui nous entouraient et moi, c'était que j'avais déjà vécu une situation qui me rappelait ce soir et que je vivais encore avec la trace de ce passé. Les ravages des balles je savais ce que ça faisait. Et c'est ce qui me fit pleurer. Sans que je ne parvienne à m'arrêter les larmes coulèrent, alors que je ne bougeais toujours pas. Je cherchais cependant Nicholas du regard, mais je m'aperçus bien vite que la foule l'éloignait de moi. Je ne supporterais pas qu'on me l'arrache alors qu'au fond il n'était qu'à quelques mètres de moi. Quand il fut enfin près de moi je le regardai, soulagée de ne plus être seule mais inquiète qu'il ait été blessé. Il m'assura que ça allait, ouf.

- Ça va aussi, enfin je crois.

Je n'étais plus sûre de rien à vrai dire mais j'étais vivante, Nicholas aussi et c'était déjà ça. Ma réponse se perdit néanmoins, parce que je me retrouvai contre le jeune homme, qui m'avait prise dans ses bras. Ça me fit un bien fou, je me sentais mieux, en sécurité contre lui. Même si ça n'était pas le cas puisqu'un cinglé se trouvait toujours dans la ville avec de monstrueux projets. Je soufflais, essayant de me calmer. Ça ne servait à rien de me mettre dans tous mes états, alors je séchai quelques larmes du revers de la main un peu mal d'ailleurs. C'était évident pour moi, on devait bouger, ne pas rester là où nous étions des proies faciles. Je lui demandai, ne sachant pas vraiment comment m'y prendre. Seule, je crois que je n'aurais pas pu faire face à cette soirée. Remarque, seule, je n'y serais pas venue alors ça réglait la question. Il proposa de rentrer chez nous, mais contre toute attente me demanda aussi si je voulais passer le week-end chez lui. Je ne connaissais pas vraiment ses parents, mais j'avouais que je ne me sentirais pas de rentrer et rester toute seule dans mon atelier. Les adultes me rassureraient, même si je pouvais toujours rentrer chez mes propres parents. Je ne voulais pas lâcher Nicholas, en fait, c'était ça me problème. J'étais terrifiée et il était le seul avec qui je voulais être, qui pouvait me rassurer.

- D'accord, mais seulement si tes parents veulent bien que je vienne.

J'étais soucieuse de ne pas m'imposer. Après ce soir, j'avais l'impression de n'avoir de place nulle part, ou de ne pas me sentir bien là où j'étais. Ça passerait sans doute, j'étais encore sous le choc. Si je ne pleurais plus, je tremblais encore un peu de peur. Il y avait tant de monde dont j'aimerais bien vérifier l'état de santé mais je n'avais pas la force de les chercher dans la foule. Puis il n'y avait que l'adjoint au maire qui était emmené, pas de quoi supposer d'autres blessés graves. Peut-être quelques égratignures dues aux bousculades mais rien de plus. Peut-être Nicholas voulait-il vérifier lui aussi que ses amis ou sa famille allaient bien. Je le suivrais de toute façon, et pour être certaine de ne plus le perdre je lui attrapai la main pour la capturer avec la mienne. Il allait m'avoir collé à lui comme un chewing-gum sur une chaussure, le pauvre, mais je ne pouvais pas m'en empêcher.

HRP : pardon, c'est pas top et j'ai pas fait avancer grand-chose =/ Si Nicho veut retrouver sa cousine ou du monde, Alayna va juste appeler à la limite ses parents ^^

_________________
Thirst for life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Just Tell Me Who Iam


Messages : 79
Dollars : 31
Featuring : Xavier Dolan
DC : Eric D. Altman L.
Samuel Steevenson
Maira S. Muños
Hayley Kent
Vincent F. Eckon

Who I am : Me Myself & My Brothers
The people around me : Bokura Wo Nosete
Date d'inscription : 17/02/2015
Localisation : Miami


MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    Jeu 2 Avr - 11:55

Feu d'Artifice de la Saint Valentin
Interactions: Alayna, Logan. Mentions: Sasha, Jewel.
Tout peut basculer d'un seul coup, subitement on peut passer de l'ennui devant un discours politique à l'effroi le plus total. Généralement j'essaye de ne pas montrer que j'ai peur, je montre droit et solide, mais dès fois comme aujourd'hui, devant l'horreur de ce qui se passe on ne peut pas rester de marbre, lentement j'ai sentit toutes mes défenses s'écrouler, terrifié, voilà ce que j'étais, totalement terrifié alors que ma main trouvait celle de ce garçon qui compte tellement pour moi. Cette journée avait pourtant plutôt bien commencée, enfin presque moi ça pouvait aller, mon bras vous dirait le contraire. Parce que oui encore une fois j'avais bougé dans la nuit et que j'avais dormi appuyé sur mon bras blessé, de quoi me faire grimacer de bon matin. J'avais hâte d'être pleinement rétablit, de pouvoir faire tout ce que je veux à commencer pas pouvoir m'habiller sans prendre trois heures, ça faisait des semaines que ça durait et çà commençait à me saouler en modèle géant. Cette tempête avait aussi vu arriver un rapprochement soudain entre Logan, mon colocataire et moi. En fait c'est comme si avec tout ce qui était arrivé nous avions réalisé l'existence de quelque chose qui existait déjà entre nous depuis un petit moment. Subitement j'avais découvert qu'il m'était totalement intolérable qu'il arrive quelque chose de mal à Logan, je réalisais aussi à quel point ce garçon est important pour moi et ce matin alors qu'il est rentré chez lui pour la nuit, je remarque à quel point la chambre paraît vide alors qu'il n'est pas là. Est ce que c'est normal de penser çà d'un ami ? Franchement je sais pas, c'est un peu le leitmotiv de ces derniers jours « je ne sais pas quoi penser. » Impossible de garder les idées claires, et ce bras qui me lançait à chaque mouvement brusque. En gros ces derniers temps c'est l'éclate et le fait que ce soit la Saint Valentin n'arrange pas vraiment les choses. En fait je me fous totalement de cette fête et personnellement j'avais prévu de rien faire et surtout pas aller acheter des chocolats et des roses pour une fille. « Ou un gars ? » Et voilà ma conscience qui revenait à la charge alors que j'ingurgitais une grande gorgée de café. Pourquoi je pensais à tout çà ? Pourquoi maintenant ? Café fini et visiblement mes idées ne sont pas plus claires. Un message de Logan m'invite à venir ce soir s'amuser avec des pétards au feu d'artifice de la ville organisé pour la Saint Valentin. Tout de suite un grand sourire se plaque sur mon visage à l'idée de rejoindre mon pote ce soir. Je répondais rapidement à l'affirmative et je filais me préparer, bien entendu avec un seul bras je galérais bien comme il faut pour m'habiller mais après un long combat contre ma chemise j'y arrive enfin. Quelques petites heures à préparer mes cours de dessin pour mes étudiants et me voilà parti pour la plage où se déroulait le feu d'artifice.

Sur le chemin je croise Alayna Keane, une de mes étudiantes en dessin, accompagné d'un jeune garçon que je ne connaissais pas. Comme à notre habitude nous nous échangeons quelques piques sympathiques, rien de méchant puis ce qu'au fond elle et moi nous nous entendons bien, c'est juste histoire de se taquiner. « Grincheux ? Ahah bonne soirée Keane ! » dis-je avant de repartir à la recherche de Logan, que je trouve après quelques minutes à me débattre pour avancer dans la foule, je lui souris alors que j'arrive devant lui. « Ben y a un peu des deux on va dire, j'ai carrément galéré à mettre ma chemise toute à l'heure… »  »En fait j'aurai préféré que tu sois là pour m'aider... » Je rigole alors qu'il me file des pétards pour que nous puissions commencer notre soirée. Là çà se compliquait parce que je devais tout gérer à un seul bras mais çà promettait d'être épique, personne ne s'attendait à ce que deux gamins comme nous viennent déranger leur petite soirée en amoureux. Et que fusent les pétards et les explosions, visiblement ce n'est pas au goût des autres, tant pis pour eux Logan et moi çà nous fait bien marrer et c'est le principal. « Ah ah oui en effet, qui aurait cru que cette fête puisse être aussi drôle ! » Tout ça dure un bon petit moment et pendant tout ce temps, j'oublie tout mes soucis et toutes mes interrogations, il n'y a que nous qui comptons, nous et nos méfaits et nos rigolades. Le moment où nous arrivons à court de pétards arrive bien trop à mon goût, de plus ça coïncide avec l'arrivée d'un adjoint au maire qui vient nous assommer avec un de ces longs discours dont les hommes politiques ont le secret. Visiblement Logan ne porte pas le bonhomme dans son coeur, même si je ne l'ai jamais rencontrée je sais que Logan aime énormément sa mère.

Et là alors qu'il continue son discours, que tout le monde l'écoute avec plus ou moins d'intérêt, l'impensable arrive. Cette tâche rouge qui s'étend sur la chemise de l'homme politique, cet homme qui s'écroule et ces hommes cagoulés et armés qui nous encerclent. Moi je reste figé, tremblant de peur devant l'horreur qui vient de se produire sous nos yeux. Personne n'avait rien vu venir, c'était arrivé comme çà, subitement sans que personne ne voit rien venir. Tout d'un coup je me sens si vulnérable, exposé et faible, j'ai besoin qu'on me rassure, qu'on me dise que tout vas bien, je voudrais être n'importe où plutôt qu'ici. Ma main trouve celle de Logan, ce contact me rassure, le savoir prêt de moi me redonne un peu de courage, m'empêche de craquer ici sur la plage. Tout est flou, j'ai peur, tout est flou. Des menaces sont proférées, des coups de feu tirés et les inconnus encagoulés disparaissent. Soudain Logan est devant moi, ses yeux plongés dans les miens, j'essaye de puiser du courage dans ce regard. Au moins il était là, il allait bien, je ne veux plus jamais qu'il lui arrive quelque chose de mal, jamais. Ses mots m'apaisent un peu mais la peur demeure toujours. « Partis… oui ils sont partis… Tout va aller, on va bouger… oui oui ça va aller... » Mes paroles sont décousues mais je suis tétanisé, je n'aime pas lui montrer cette image de moi mais je n'y pouvais rien, je ne contrôlais absolument plus rien. Sasha, Jewel ils étaient là aussi, je voulais m'assurer qu'ils n'aient rien avant de pouvoir partir.

Nous partons donc à leur recherche, entre temps j'ai lâché la main de Logan et je le regrette, j'ai besoin de ce lien avec lui, maintenant plus que jamais. Alors que j'étais toujours en proie à la peur mes interrogations reviennent. Je suis déboussolé, je suis Logan dans la foule mais j'ai l'impression d'être totalement ailleurs. Nous trouvons Sasha et Jewel plus loin, je m'assure qu'ils n'aient rien et je leur demande ce qu'ils comptent faire, Sasha me répond qu'ils allaient rentrer à son appartement, je lui fait jurer d'être prudent et je repars avec Logan. Je suis sur le point de craquer, je ne me sens vraiment pas bien, la peur toujours si présente. Je sens la main de Logan qui me tient le menton pour que je le regarde, ce contact est comme électrique, amplifié par la peur que je ressens en ce moment, je me perds dans son regard alors qu'il me parle d'aller chez lui, en sécurité. Pourquoi le contact de Logan sur mon menton ne me paraît pas désagréable ? Pourquoi j'aime tant me prendre dans ses yeux ? Pourquoi je regarde ses lèvres bouger alors qu'il me parle ? Doucement je ferme les yeux avant de les rouvrir et les poser sur les siens. « Chez toi ? Dans ta maison ? On sera en sécurité ? Je… oui oui je te suis. »

De toute façon où qu'on aille il était hors de question que je le laisse seul, je me suis fait la promesse de veiller à ce qu'il ne lui arrive rien. Même si pour le moment, je suis celui qui montre une tête terrifiée je ferais n'importe quoi pour l'aider, vraiment tout, cette constatation que j'avais faite il y a quelques semaines était maintenant une certitude pour moi, rien n'arriverait à Logan Maxwell alors qu'il se trouve avec moi. Nous arrivons à la maison de Logan, une grande bâtisse qui transpire la sécurité comme me l'avait promit mon ami. Nous passons devant la mère de Logan qui semble vouloir nous questionner, Logan lui explique rapidement la situation avant que nous partions pour sa chambre, pour ma part je n'arrive à bredouiller qu'un : « Bonsoir Madame Maxwell... » Nous sommes dans sa chambre, grande et spacieuse, plus que celle que nous partagions à l'internat. C'est à ce moment qu'il lâche ma main, je grimace. Logan tremble, il montre sa peur, le voir comme çà me serre le coeur, je ne supporte pas le voir comme çà. Je me place devant lui. « Hey Logan… ça va aller... » ma voix tremble, je suis tout sauf convaincant mais je veux qu'il sache que je suis là. La demande qu'il me fait me scotche sur place : dormir ici ? Avec lui ? Je sentais ma tête qui tournait. « Oui oui bien sûr que je reste… hors de… de question que je te laisse seul de toute façon... » Nous nous préparons, Logan se couche avant moi et s'endort presque aussitôt. Lentement je me place à côté de lui, j'ai peur de le déranger. Je suis content de l'avoir prêt de moi, ça me rassure. Alors que moi aussi je sens que je m'endors, je déplie mon bras endolori pour la passer par dessus l'épaule de mon ami, avant de sombrer dans le sommeil.
electric bird.

_________________
J
A
M
E
S
L
O
G
A
N
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !    

Revenir en haut Aller en bas
 

Mini-Event : Feu d'artifice de la Saint Valentin !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Meurtre à la Saint Valentin
» Biscuits, macarons, muffins et cupcakes de Saint Valentin
» La fête de la saint Valentin
» [Terminé] Saint Valentin !! Défis express'
» Petits sucres de Saint Valentin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miami's Whispers :: Coconut_Grove :: Miami Avenue :: Miami Beach-