Partagez | 
 

 La flamme de l'Irlande [Alayna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

I couldn't stop caring ~


Disponibilité pour RP : Quand vous voulez !
Messages : 43
Dollars : 37
Featuring : Ebba Zingmark
DC : Arwen
Logan
Ilyès
Who I am : Par là
The people around me : Par ici
Age : 22
Date d'inscription : 17/02/2015
Localisation : Dans mon atelier

ID Card
Études/Boulot: Junior
Statut Social: Middle Class
Quartier/Adresse: Atelier à Little Haiti


MessageSujet: La flamme de l'Irlande [Alayna]   Mar 17 Fév - 21:49

Alayna Keane

INFORMATIONS GENERALES


Age: 16 ans
Date de naissance: 25/08/1998
Lieu de naissance: Sligo
Groupe: Middle Class
Statut social: Lycéenne
Avatar: Ebba Zingmark
Scénario, PV ou P.I: PI
Catégorie: 1

Mon physique à moi


- Hey, la renarde, où tu cours comme ça ?! On a pas fini de jouer !

Je déteste quand on m'appelle comme ça, mais je dois bien admettre qu'à ce moment là, je ressemble à ce canidé que des chasseurs auraient coincé dans son terrier. Et puis il faut dire aussi que ma chevelure flamboyante ne passe pas inaperçu. J'aurais pourtant pensé qu'à leur âge, quasiment seize ans, ils auraient grandi, mais non, c'est garçons sont toujours aussi stupides et je ne peux rien y faire. J'ai eu la bonne idée d'allée me promener dans un parc, et me voilà pourchassée. Je suis plutôt petite, un mètre soixante, et menue. Autant dire que je n'ai aucune chance contre ces trois brutes. Mais voilà, comme le renard, je suis rapide et rusée, alors je ne compte pas les laisser « jouer » avec moi. Je dépasse une balançoire, puis passe dans un espèce de tunnel pour amuser les enfants. Une fois arrivée là, je sais que continuer tout droit serait de la folie. Mais je n'en ai pas l'intention. Sur les côtés, il y a des butes de terre, pour bien faire tenir en place l'énorme tuyau en tôle. Sans doute qu'ils ne penseront pas à venir me chercher là, et je n'ai plus qu'à attendre qu'ils soient sortis de l'autre côté pour me glisser là d'où je viens.

Une fois les pieds de nouveau à terre, je soupire rapidement de soulagement. La maison n'est pas loin. Ma mère va grogner, mes vêtements sont pleins de boue. Mais moi, je m'en fiche un peu. Mon apparence, ce n'est pas le plus important, et je préfère largement quelque chose de large et confortable qu'une petite robe moulante qui fera baver tous les hommes. De toute façon, je trouve que je n'ai pas beaucoup d'avantages à montrer, alors je ne fais pas d'effort. Le ciel devient bleu marine, en accord avec mes yeux, et je sais que je dois me dépêcher. Je lui ressemble, à ma mère, d'ailleurs. Quand elle était jeune, elle posait pour des photographies, parce que le photographe adorait ses traits fins. Aujourd'hui, il a la chance de l'avoir épousée, et moi j'ai hérité de ce visage. Moi, je ne le trouve pas très expressif, parce que je ne souris pas beaucoup, mais il y a tout un tas d'autres trucs que je peux montrer, comme l'inquiétude ou la concentration.

J'ai oublié mes clés en partant, alors je suis obligée de frapper pour rentrer. Quand je lève mon poignet, j'y vois un petit tatouage. Un renard. Oui, je sais, c'est sans doute tendre le bâton pour me faire battre, mais sans que je puisse me l'expliquer, je sais que cet animal me représente bien. C'est le seule encre qui court sur mon corps, et je ne pense pas qu'elle soit accompagnée un jour. En voyant mon état, ma mère soupire et m'ordonne d'aller dans la salle d'eau.

- Tu as vu un peu l'état de tes cheveux ?! Bon, je démêle tout ça, et on passe à table.

Parce que non, si je n'ai pas hérité d'un truc, c'est bien de ses longs cheveux lisses et soyeux. Les miens ne sont pas non plus hyper bouclés ou frisés, juste ondulés. Mais ils vouent un véritable culte aux nœuds. Moi, je n'aime pas trop m'en occuper, je les laisse sauvage, un peu comme Rebelle. En général, je n'aime pas prendre soin de moi. Un peu de maquillage de temps en temps, des bijoux, mais en toc, mais c'est tout. Je porte les vêtements que je veux, en les associant à ce que je veux, si je veux sortir avec les ongles rongés, je le fais. Si j'ai envie d'avoir une plume sur la tête, je le fais aussi. Enfin, on va bientôt aller manger, même si je sais que je n'aurais pas d'appétit. C'est à cause de ça que je ne suis pas bien épaisse, même si je sais qu'au final, c'est parce que j'ai la silhouette fine et élancée du renard.

Ce qu'il se passe dans ma tête


Alors là, je ne suis absolument pas d'accord. Qu'est-ce qu'il m'a pris d'aller voir la signification de mon nom sur le net ? Je suis à plat ventre sur mon lit, mon nez devant mon ordinateur, les jambes se balançant dans le vide. Et les lignes devant moi s'étalent.

Alayna   et Avani   sont des femmes énergiques et volontaires, capables de prendre des responsabilités et de les assumer, dynamiques, actives et entreprenantes. Elles sont ambitieuses et ne manquent pas de courage, surtout lorsqu'elles sont motivées. Assez cyclothymiques, elles passent souvent par des extrêmes et manquent de mesure. Mais elles sont généreuses et entières, et n'aiment ni les compromissions, ni les flatteries, ni l'injustice. Elles peuvent avoir un certain goût pour le risque et sont tout à fait capables de prendre une position de leader, d'autant qu'elles recherchent le pouvoir et sont en mesure de l'assumer. Elles sont loyales et franches et, bien que pourvues de tact et de diplomatie, il leur arrive toutefois de réagir très violemment lorsqu'elles se sentent attaquées injustement ou lorsque leur amour-propre est en jeu. Tout en étant sportives, ce sont des femmes féminines, soucieuses de plaire et de séduire, que ce soit par une attitude accueillante et sympathique ou par un besoin de soigner leur apparence. Elles sont coquettes et raffinées et apprécient les bijoux de prix ou les vêtements luxueux avec un goût prononcé pour le beau ainsi que pour les signes extérieurs de richesse. Alayna   et Avani   peuvent se révéler excellentes femmes d'affaires car elles sont pragmatiques et possèdent un solide sens pratique. Enfants, elles sont démonstratives, affectueuses mais possessives et entières, facilement jalouses et susceptibles. Ce sont des fillettes responsables, soucieuses de faire plaisir, à qui l'on peut faire confiance. Sociables, elles sont faites pour être entourées d'amis qu'elles tendent à entraîner dans leur sillage. Elles sauront diversifier leurs activités en s'intéressant tant aux jeux de leurs frères que de leurs sœurs, puisqu'elles ont autant besoin d'action que de rêve...

Bon, comme dans tout, ya sans doute des points véridiques. Mais la plupart, non. Déjà, ce qui me choque le plus : je ne cherche pas le pouvoir. Oh, si je peux l'éviter, c'est parfait même. Non, je n'aime pas les responsabilités. Parce que si je foire, je n'ai pas les épaules assez solides pour supporter le poids du remord. Je n'ai pas confiance en moi, alors que voulez-vous, j'ai toujours peur de me planter. Par contre, je suis loyale et franche, ça c'est vrai. Quand j'ai un ami, je mets un point d'honneur à ne jamais le trahir. En retour, j'attends la même chose, et je prends trop à cœur toutes les embrouilles, aussi petites soient-elles. C'est pour ça que non, je ne suis pas faite pour être entourée, ou en tous les cas je ne le veux pas. Ma solitude, je l'aime bien. Je l'ai choisie, et elle me va comme ça. Il y a bien longtemps que je n'ai pas eu trois tonnes d'amis pour piailler autour de moi, et de toute façon je n'aime pas ça. Et puis cyclothymique, c'est quoi ce bordel ?

En fait, ce n'est pas que je déteste les autres. C'est surtout que je me sens bien sans eux. J'ai d'autres choses. La sculpture, elle, me suffit. Je suis dans mon monde, rien ne peut m'en déranger, ou presque. Pourtant, je ne suis pas méchante avec les autres, je n'ai pas peur d'eux, et ça ne me dérange pas de discuter de temps en temps. Mais je m'effacerai bien vite pour me taire ou aller faire autre chose. Après, je ne suis pas une ours. J'aime ma famille par exemple, et même si je ne le montre pas parce que je ne suis pas tactile, j'essaie de le faire comprendre le plus possible.

J'aime croquer la vie à pleine dent, seulement, je le prends comme j'ai envie de la prendre et je ne me prends pas la tête. Je n'ai besoin que de moi pour tout prendre en main, je n'ai pas besoin qu'on m'aide. Apprendre, découvrir, j'y passerais tout mon temps si je le pouvais. C'est quelque chose qui me calme, quand je suis en colère par exemple, ce qui fait que je ne hausse jamais le ton. Un sourcil, oui, la voix, non. Je suis rusée en plus de ça. Et puis féminine et sportive, on repassera. Des talons, je ne sais pas ce que c'est. Un brushing impeccable, non plus. Je maîtrise un peu le maquillage, mais pas plus que ça. Puis le sport, courir sur trois mètres après un bus, ça me fatigue, et hors de question pour moi de trop me secouer. Je suis d'ailleurs dispensée des cours, paraît que je suis trop fragile. M'enfin, c'est pas moi que ça va déranger, pour ça, bizarrement, je n'ai aucun remord. Par contre, je possède la jalousie, comme toute femme, et ça peut en devenir maladif. Sans doute pour ça que je ne veux pas avoir de relation, d'amour ou d'amitié, pour éviter de souffrir à cause de ça.

L'histoire que j'ai à vous raconter


Dans ma chambre, c'est un peu le bazar. Moi, je m'y retrouve, mais pour un inconnu, c'est quand même le fouillis. Pourtant, ma vie n'est pas si compliquée que ça. Il y a de ça 16 ans, ma mère avait un énorme ventre et du mal à marcher. La pauvre, moi je la plains. Enfin, surtout pour le côté pratique, parce que je l'ai bien rendue malade en plus de ça. Ça ne l'a pas empêchée de m'aimer, et mon père aussi. Lui, il est photographe, c'est comme ça qu'il l'a connue. Elle, elle était son modèle, mais maintenant elle est hôtesse d'accueil dans un palace. Il voulait une belle femme pour donner un petit plus aux clients. Enfin voilà, de ce côté là, il n'y a vraiment rien d'extraordinaire.

Sur mes étagères, il n'y a pas 3 figurines en argile, mais bien quatre. Pourquoi ? Parce que j'ai une petite sœur. J'avais deux ans quand elle est née, et je crois que pour moi, ça a été l'un des plus beaux cadeau que mes parents m'ont fait. Noreen, c'est vraiment ma petite chose à moi. Personne n'y touche, ou je lui défonce sa tronche. Enfin peut-être pas, vu que je ne suis pas capable d'être violente, mais je ne resterai pas à ne pas réagir. On s'entend super bien, même si j'avoue que nous pouvons nous séparer.

J'ai grandi avec elle, en Irlande, et il n'y a rien à signaler. Je suis une jeune fille normale, simple, avec une vie normale, simple. Au début de ma scolarité, j'étais une élève plutôt moyenne, parce que je m'en fichais un peu des cours. Et puis un jour, mes parents m'ont inscrite à un cours de sculpture sur argile, et là, je crois que c'est ce qui a tout changé. Ils ont demandé à ce que mes notes soient correctes pour que je puisse continuer à pratiquer cette activité, et j'ai découvert que j'aimais apprendre. Je n'aime pas me contenter des limites des professeurs, mais pour le bien de mes études, je me plie à ce qu'ils demandent. J'ai eu des amis, ça oui, mais je n'ai jamais été trop entourée, et puis je suis jeune de toute façon, je n'ai pas eu le temps de tout connaître.

Vers mes 12 ans, mon père s'est vu offrir une promotion. Une partie de sa famille habitant à Miami, il a accepté pour que je me rapproche des cousins que je ne connaissais pas. J'étais encore jeune à l'époque, ça ne m'a pas dérangée. Et puis découvrir autre chose, moi, ça me plaît. Seulement, je sais que mes parents ne retourneront jamais en Irlande, et moi, honnêtement, ça va me manquer. Je leur en veux un peu de ça, mais ce sont mes parents, alors je ne peux pas être fâchée indéfiniment.

- ALAYNA !

C'est Noreen qui hurle de l'autre côté du mur. Elle a peur. Parce que notre maison n'est pas de première jeunesse, le plancher du grenier grince sinistrement à peu près tous les soirs. Il va bien falloir qu'elle s'habitue à rester seule, parce que moi, j'ai choisi de vivre à l'internat, à Wynwood. Je crois que des fois, on aurait aimé avoir un petit frère, pour nous soutenir, mais la santé de ma mère étant devenue trop fragile, nous en avons été privées. J'espère que je ne serais pas comme elle, plus tard, vu ma fragilité à moi aussi. En tous les cas, ça ne m'empêche pas de vivre.

TOI, ET SEULEMENT TOI


Souhaites-tu un parrain/marraine? Non
Age: 19 ans
Pseudo: Arwy
Où as-tu connu le forum? Par ma soeur
As-tu une remarque, ou suggestion à faire? /
Code de validation:
As-tu envoyé ton secret? /

Code:
→ Ebba Zingmark [color=red]?[/color] Alayna Keane

(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I couldn't stop caring ~


Disponibilité pour RP : Quand vous voulez !
Messages : 43
Dollars : 37
Featuring : Ebba Zingmark
DC : Arwen
Logan
Ilyès
Who I am : Par là
The people around me : Par ici
Age : 22
Date d'inscription : 17/02/2015
Localisation : Dans mon atelier

ID Card
Études/Boulot: Junior
Statut Social: Middle Class
Quartier/Adresse: Atelier à Little Haiti


MessageSujet: Re: La flamme de l'Irlande [Alayna]   Mar 17 Fév - 21:49

Alayna Keane

Petit plus


- Tape !

La jeune rousse écoute d'une oreille très attentive, elle ne veut pas perde à ce jeu. Le bandeau noir est sur ses yeux, et elle se dirige vers la droite. Heureusement, logiquement, sa petite sœur n'est pas à l'étage. En même temps, elle est tellement nulle à ce jeu qu'elle n'arriverait même pas à la trouver si elle était sous son nez. Leurs parents sont dans le salon, en train de regarder une série télévisée. Ils surveillent de temps en temps, histoire de voir s'il ne se passe rien de grave. Une fois que la gamine ne sait plus par où aller, elle utilise son troisième essai.

- Tape !

Encore une fois, elle entend claquer les deux mains de Noreen, et elle sait qu'elle n'est plus très loin. Elle connaît cette maison par cœur, elle est presque certaine d'y arriver, un jour. Après tout, elle n'a que 7 ans, elle a tout le temps de s'améliorer. Elle fait quelques pas, mais n'est toujours pas certaine de réussir à trouver. Rusée, elle tente quand même le tout pour le tout.

- Tape !

- Ah non, on a le droit qu'à trois chances !

La petite fille se jette sur sa gauche et attrape le cou de sa sœur en enlevant le bandeau qui lui cache la vue.

- TROUVEE !!

- T'es qu'une tricheuse.

La plus jeune fait mine de bouder, mais Alayna sait qu'elle n'est pas fâchée. Elle la prend dans ses bras en lui faisant un câlin et en riant.

- Sinon j'y arrive pas, sois pas mauvaise joueuse.

Elles sont arrivées dans la chambre de leur parent, et il va bientôt être l'heure de se coucher. Il fait déjà nuit dehors, et demain, il y a école pour toutes les deux. Au loin, elles entendent la voix de leur mère qui leur somme déjà de venir se préparer à aller dormir. Elles se prennent la main et sautillent presque dans le couloir. Seulement, elles n'ont pas su entendre l'inquiétude dans la voix de celle qui les a mises au monde. Quand elles sortent de long corridor, elles tombent sur un inconnu, grand homme avec une cagoule sur la tête.

- Trouvées.

Elles savent tout de suite que le jeu est fini pour de bon. Personne ne sait vraiment ce qu'il s'est passé ensuite. La confusion a régné, les braqueurs se sont énervés. Persuadés que la famille était riche, ils ont insisté pour savoir où était leur richesse, et se sont énervés en apprenant qu'ils s'étaient trompés d'un quartier. Armés et en colère, l'un d'eux, celui-là même qui est venu chercher les fillettes, a tiré trois balles. L'une a traversé le corps de la mère, lui arrachant tout espoir d'avoir un autre enfant un jour. La deuxième s'est perdue quelque part dans un mur. Et la dernière, la pire de toute, s'est logée dans la tête de la petite Alayna. Elle s'est logée tout à la base de la tête, là où elle ne touche pas le cerveau, ne laissant aucune lésion. Mais la demoiselle doit faire attention, parce qu'à tout moment, elle peut bouger et lui détruire la vie. Elle a souvent des visites à l'hôpital, mais elle, ce qu'elle veut, c'est vivre normalement.


Pour savoir


S'il la famille a déménagé d'Irlande, c'est avant tout qu'après des années, elle n'a plus supporté  de vivre là-bas, alors que tout lui rappelle cet événement. Les professeurs d'Alayna sont censés être au courant de son problème, mais elle, si elle « omet » de leur dire, elle ne leur courra pas après pour réparer cette erreur.
Au bout de quelques mois, elle a décidé de ne plus spécialement cacher ce problème, donc elle a désormais un autre secret :D

(c) Sashette

_________________
Thirst for life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Disponibilité pour RP : Oui
Messages : 131
Dollars : 127
Featuring : Jana Kramer
DC : Soraya Muños
Olivia K. Akane
Eden Y. Cobb
Haven G. A. Lawner
Meven D. Belfort
Who I am : History
Age : 21
Date d'inscription : 13/02/2015

ID Card
Études/Boulot: Etudie le droit à Harvard, par correspondance et fait un stage au barreau de Miami
Statut Social: Etudiante
Quartier/Adresse: Coral Gables


MessageSujet: Re: La flamme de l'Irlande [Alayna]   Jeu 19 Fév - 14:14


Félicitations !

TU ES VALIDE(e) Ahhh tu m'avais fait lire tout ça mais c'est un plaisir de le lire à nouveau *_* Elle est trop mignonne aussi, je trouve. Elle est simple, mais c'est une autre simplicité qu'Arwen. Bref j'ai adoré :D Comme tu le vois, t'es validée haha bon jeu avec cette petite renarde <3


survole-moi


_________________
Nina Palmer McCoy
Ils ne demandaient rien d'autre que d'être heureux ensemble. Même pas heureux d'ailleurs, ils n'étaient plus si exigeants. D'être ensemble, c'est tout.
   
Anna Gavalda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La flamme de l'Irlande [Alayna]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La flamme de l'Irlande [Alayna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Jeu] Déclarez-lui votre flamme
» éditions de La Flamme d'Or
» FLAMME ROSE
» Flamme de Tougourt
» [Collection] La Panthère (La Flamme d'Or)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miami's Whispers :: Administrative :: Papers, please :: Registre des habitants-